VIDÉO - Européennes : une candidate sur la liste de Nicolas Dupont-Aignan écartée pour ses propos controversés sur Facebook et Twitter

Politique

CONTROVERSE - Emmanuelle Gave, ancienne avocate et candidate annoncée aux Européennes sur la liste Debout la France, a finalement été écartée, après que l'émission "Quotidien" a révélé des messages à caractère raciste publiés sur ses comptes Twitter et Facebook.

Mercredi 20 février, dans la soirée, le parti Debout la France présidé par Nicolas Dupont-Aignan a annoncé qu’il ne retiendrait pas la candidature aux élections européennes de l’ancienne avocate Emmanuelle Gave. Une décision prise après la publication par l’émission Quotidien de nouveaux messages controversés sur les réseaux sociaux.

Ainsi le 15 mai dernier, celle qui aurait dû être la numéro 4 sur cette liste aux européennes tweetait : "S’il y a une liberté d’expression, après tout elle devrait pouvoir s’étendre à la réfutation de la shoah ? Une liberté d’expression, ce n’est [pas] pour parler d’Epilation maillot". Puis le 30 juillet : "Il paraît qu’il y a une question de densité musculaire. Les noirs ont très peu de masse grasse donc beaucoup de muscle, ce qui du coup leste et fait mal nager." Emmanuelle Gave, 48 ans, a aussi partagé ses réflexions racistes sur Facebook : "Les musulmanes sont quasiment inemployables en tant qu’employés de maison ou Nanny. Restent les Philippines en général", a-t-elle ainsi posté il y a quelques semaines. 

Lire aussi

"Absolument pas" raciste

De quoi interpeller donc, mais Emmanuelle Gave l’a assuré à Paul Larrouturou, elle n’est "absolument pas" raciste. Au micro du journaliste, elle invoque d’abord un "18e degré sarcastique", avant de faire un mea culpa concernant sa phrase sur les nannies, expliquant avoir eu une mauvaise expérience avec "une nannie algérienne", puis ajoutant : "J’ai eu tort sur ce coup-là. Je n’avais pas vraiment perçu combien tout reste et tout est formaté. Je suis désolée si j’ai pu blesser des personnes, ce n’est pas mon idée."

Après que L'Opinion ait révélé la semaine dernière que son père, le financier Charles Gave, allait apporter près de 2 millions d'euros à la campagne de Nicolas Dupont-Aignan, elle avait fait effacer quelque 10.000 tweets et retweets par une société spécialisée.

Le parti Debout la France n’en a pas moins décidé de l’écarter, après avoir dans un premier temps refusé de répondre à Quotidien. "A la lumière des nouveaux éléments révélés ce soir par l'émission Quotidien sur TMC et dont nous n'avions pas connaissance avant ce jour, le mouvement Debout La France (...) indique que la candidature d'Emmanuelle Gave ne sera pas validée par la commission d'investiture pour être sur la liste des élections européennes", a écrit dans un communiqué le président de cette commission, Frédéric Mortier.

"Merci pour ce moment"

L'intéressée a réagi à cette éviction, par un '"J’en ai pris bonne note", ajoutant "Comme l’a dit la poète 'Merci pour ce moment'".

Le père d'Emmanuelle Gave est lui aussi controversé, notamment en tant que partisan de la théorie du "grand remplacement" de la population européenne par une population immigrée. Il figure lui aussi sur la liste de Debout la France, mais en position non éligible, ce qui permet de contribuer sans plafond à la campagne des européennes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter