VIDÉO - Le député LREM Christophe Arend accusé d'agression sexuelle : un ex-collaborateur confirme la version de la plaignante

VIDÉO - Le député LREM Christophe Arend accusé d'agression sexuelle : un ex-collaborateur confirme la version de la plaignante

JUSTICE - Une enquête préliminaire visant le député LREM de Moselle Christophe Arend a été ouverte par le parquet lundi pour "harcèlement et agression sexuelle", après une plainte déposée par une ancienne assistante parlementaire. Le député nie les faits et a déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse. Un ancien collaborateur, interrogé par Quotidien, confirme cependant les propos de la jeune femme.

Un nouveau témoignage à charge contre Christophe Arend. L'émission "Quotidien" a diffusé ce vendredi le témoignage de Yassine, un ancien collaborateur du député LREM de Moselle, visé par une enquête préliminaire pour "harcèlement et agression sexuelle" à l'encontre d'une ancienne collaboratrice parlementaire.

Cette dernière avait, dans la foulée de la mobilisation sur les réseaux sociaux sous le hashtag #balancetonporc, dénoncé la semaine dernière des agissements présumés du député à son encontre, et porté plainte contre lui. 

Toute l'info sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Lire aussi

Alors que la jeune femme, qui témoignait auprès de France Info sous le nom d'emprunt de Marie, accusait son ancien employeur de lui avoir "pincé les seins" et "enfoncé un doigt dans la bouche", Yassine, qui avait participé à la campagne du député pour les élections législatives, corrobore une partie des propos de la jeune femme.

"Je l'ai entendu lui dire 'tu as vraiment de belles fesses'", témoigne l'ancien collaborateur. "C'était systématique. Il avait un lit à l'arrière de son cabinet, et donc à plusieurs reprises, le soir, il disait 'Vas-y, viens, on y va'". Le député avait aussi, selon lui, des "propos déplacés", lui demandant notamment de "montrer sa chatte". Une fois, "il l'avait isolée dans une des salles du cabinet... Moi j'ai immédiatement ouvert la porte", ajoute Yassine, qui se doutait, avec l'affaire #balancetonporc, que "ça allait bientôt sortir". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.