Reconfiner ou pas : pourquoi le gouvernement hésite

Reconfiner ou pas : pourquoi le gouvernement hésite

De nombreux médecins et spécialistes du covid réclament du gouvernement l'instauration d'un confinement le plus rapidement possible. Pourtant, selon l'Élysée, Emmanuel Macron ne s'exprimera pas ces prochains jours. Pourquoi cette hésitation ?

L'Élysée a indiqué ce lundi qu'Emmanuel Macron ne prendrait pas la parole mercredi. Donc, il n'annoncerait pas un retour immédiat du confinement. Le président de la République se laisse encore un peu de temps pour analyser les effets du couvre-feu. Pourtant, depuis quelques jours, les médecins accentuent la pression sur l'exécutif.

Toute l'info sur

Le 20h

Les indicateurs sanitaires qui repartent à la hausse, c'est le premier argument en faveur d'un reconfinement. Particulièrement scruté, le nombre de patients en réanimation dépasse ce soir la barre des 3 000. Mais ce qui inquiète le plus les scientifiques, ce sont les variants du virus plus contagieux. Si l'on attend trop, les hôpitaux craignent de se retrouver submergés. "S'il y a accélération rapide des contaminations en raison du variant, il pourra y avoir vers le mois de mars une pression insupportable sur l'hôpital", prévient le professeur Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière à Paris.

La pression des scientifiques d'un côté, l'inquiétude du monde économique de l'autre qui redoute les conséquences de cette mesure. "Je crains qu'on n'y échappe pas pour des raisons sanitaires. Notre enjeu, c'est que ça ne se traduise pas par un nouvel effondrement économique parce que de confinement en confinement beaucoup de secteurs d'activité s'épuisent", s'inquiète le vice-président délégué du MEDEF, Patrick Martin. Pour le budget de l'État aussi, cela a un prix très élevé. Un couvre-feu coûte en moyenne 4 milliards d'euros par mois. C'est plus du double pour un confinement, 9 milliards d'euros mensuels.

Enfin, les instituts de sondage révèlent que les Français ne sont pas prêts à accepter ces nouvelles restrictions. En mars, elles avaient été approuvées par 93% des Français. Un chiffre tombé à 67% lors du deuxième confinement. Aujourd'hui, seuls 41% des Français y sont favorables. Sur les réseaux sociaux, fleurit un nouvel hashtag "je ne me reconfinerai pas". Un conseil de défense doit se tenir mercredi. Emmanuel Macron veut avoir la certitude qu'il n'y a aucune alternative au reconfinement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Thierry Herzog et Gilbert Azibert font appel

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter