VIDÉO - Réduction de la part du nucléaire : Ségolène Royal charge Nicolas Hulot et en appelle à Emmanuel Macron

Politique
DirectLCI
RÉACTION - Invitée de LCI, l'ancienne ministre de l'Écologie n'a pas économisé ses critiques à l'égard de son successeur Nicolas Hulot suite à son annonce, mardi 8 novembre sur le nucléaire. Elle en appelle à Emmanuel Macron pour faire marche arrière.

Au lendemain de l’annonce par Nicolas Hulot de l’abandon par le gouvernement de l’objectif de réduire à 50% la part nucléaire d’ici 2025, cette décision continue à faire des vagues. Vivement critiquée par les ONG et une partie de la gauche, cette annonce est aussi critiquée par l’ancienne ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal. Invitée de LCI mercredi 8 novembre, elle s’étonne de la décision de Nicolas Hulot et lance un appel à Emmanuel Macron.

"Une prise d’otage"

Visiblement en désaccord avec la décision de Nicolas Hulot, Ségolène Royal  a énuméré les raisons pour lesquelles elle avait été heurtée. "Ce qui surprend dans cette annonce, c’est la date choisie, la méthode utilisée et le contenu", affirme l’ancienne ministre. "Rien ne presse ! Pourquoi, tout d’un coup, cette annonce alors que la PPE (ndlr : Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) doit être révisée fin 2018", poursuit Ségolène Royal. 


Si le timing surprend l’ancienne ministre, ce n’est pas tout. Face à David Pujadas, elle explique aussi ne pas comprendre la façon de faire de son sucesseur. "Un homme seul ne peut pas prendre en otage tout un pays, tout un Parlement, ça a été débattu", dénonce-t-elle, en référence à la loi de transition énergétique donnant "l'horizon 2025" pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France. "On ne peut pas prendre en otage la question climatique pour maintenir ou relancer le nucléaire". "C’est une précipitation qui est injustifiée et dangereuse par rapport à la déstabilisation et au découragement de l’investissement dans les énergies renouvelables", s'alarme-t-elle enfin.

Elle en appelle à Emmanuel Macron

Très attachée au sujet, Ségolène Royal interpelle aussi le président de la République, lui rappelant sa promesse présidentielle. "Emmanuel Macron s’était engagé à maintenir cet objectif à l’horizon 2025, donc moi, je compte beaucoup sur le président". Espère-t-elle que le Président expliquera qu'il n'est pas revenu sur sa promesse, alors que tout indique que oui ? "Oui, car je pense que c’est un enjeu national, ce sont des enjeux considérables, ce sont des milliards d’investissement."


"Il faut rediscuter les choses et quand on remet en cause une loi qui a été votée, il faut avoir des arguments fondés qui ne déstabilisent pas un système qui est en train de prendre son essor", conclut l’ancienne ministre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter