Réforme des retraites : "On a affaire à un gouvernement autoritaire", dénonce Philippe Martinez

Réforme des retraites : "On a affaire à un gouvernement autoritaire", dénonce Philippe Martinez
Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

L'INTERVIEW POLITIQUE - Le secrétaire général de la CGT était l'invité d'Elizabeth Martichoux dans la matinale de LCI du lundi 17 février. L'occasion pour lui d'évoquer notamment la réforme des retraites ou encore le départ improvisé d'Agnès Buzyn, désormais candidate à la mairie de Paris.

Philippe Martinez l'assure : les syndicats seront à nouveau mobilisés ce jeudi 20 février contre la réforme des retraites. Invité de LCI ce lundi 17 février, alors que l'examen du texte doit débuter dans l'après-midi à l'Assemblée nationale, sans que celui en commission ait pu être achevé, le secrétaire général de la CGT a de nouveau tiré à boulet rouge sur le projet gouvernemental. 

Voir aussi

"Est-ce que c'est sérieux ?"

Le leader syndical dénonce notamment la méthode de l'exécutif pour maintenir le calendrier le plus serré possible, malgré l'enjeu de la réforme. "On a affaire à un gouvernement autoritaire", souligne-t-il, qualifiant le projet du gouvernement de "texte à trou" tout en déplorant le flou total qui entoure le fonctionnement prévu par le futur système. "Les pensions vont évoluer sur un indice qui n'existe pas : est-ce que c'est sérieux ? Ce n'est pas comme ça qu'on convainc l'opinion publique. (...) Plus il défend ce projet de loi, moins les Français le comprennent."  

"La santé devrait être un investissement"

Philippe Martinez est également revenu sur le remplacement d'Agnès Buzyn - elle-même ayant pris la succession de Benjamin Griveaux dans la course à la mairie de Paris - par Olivier Véran, neurologue et député LaREM, à la tête du ministère de la Santé. "Ce ne sont pas les changements de ministre qui sont importants : il faut regarder quelles sont les orientations politiques menées." Et de poursuivre : "Quand on considère que la politique de la santé est une dépense dans un pays aussi développé que la France, il y a un problème. La santé devrait être un investissement." 

"Ce sont toujours les salariés qui trinquent"

Ancien technicien de Renault, Philippe Martinez a également été interrogé sur le vaste plan de 2 milliards d'euros d’économie qui va être lancé par le constructeur automobile au losange après les résultats financiers en 2019 que le groupe considère comme mauvais. "Ce sont toujours les salariés qui trinquent", déplore-t-il, après que la directrice générale de Renault par intérim Clotilde Delbos a assuré n’avoir "aucun tabou" sur de possibles fermetures usines. 

Pour le patron de la CGT, il s'agit d'une manœuvre "pour faire monter le cours de l'action". Une tactique qui "fonctionne à tous les coups", estime-t-il, prenant l'exemple de la fermeture du site de Vilvorde en 1997 en Belgique.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent