VIDÉO - Réforme des retraites : quels compromis le gouvernement envisage-t-il de faire ?

VIDÉO - Réforme des retraites : quels compromis le gouvernement envisage-t-il de faire ?
Politique

Toute L'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

TRACTATIONS - Emmanuel Macron l’a dit au moment d’adresser ses vœux aux Français, le 31 décembre : "la réforme sera menée à son terme", provoquant la colère des syndicats opposés à celle-ci. Toutefois, alors que la grève dans les transports va battre un record de longévité, le président de la République a esquissé un début d’assouplissement, en appelant son gouvernement à trouver "la voie d’un compromis rapide".

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites va sur son 29e jour de grève, Emmanuel Macron souhaite sortir du conflit. D'ailleurs, il a chargé le gouvernement d'Edouard Philippe de trouver " la voie d’un compromis rapide" avec les organisations syndicales et patronales. Pour y parvenir, quatre pistes semblent se dessiner, autant de chantiers qui pourraient être discutés : les questions de l’âge pivot, de la pénibilité, de la retraite minimum et, enfin, de la fin de carrière. 

Selon nos informations, l’âge pivot, actuellement fixé à 64 ans, pourrait finalement être personnalisé. Un ouvrier, par exemple, n’aurait pas à partir au même moment qu’un commercial.  Quelles activités seront considérées comme pénibles ? A quels avantages donneront-elles droit ? Le gouvernement semble avoir entendu les demandes de certains syndicats. 

Lire aussi

Vers une réforme des retraites "à la carte" ?

L’exécutif semble prêt à négocier aussi sur le montant minimum des futures pensions de retraite. Prévu pour le moment à 1000 euros pour une carrière pleine, le gouvernement est prêt à discuter d’une éventuelle augmentation de ce montant et des conditions pour en bénéficier. Sur ce point, Philippe Martinez, se montre sceptique : "J’attends toujours qu’on m’explique ce qu’est une carrière complète, entre le premier travail et le dernier travail. La solidarité, ça veut dire quelque chose : quel que soit votre parcours professionnel, les accidents de vie par exemple, la société est solidaire", rappelle le secrétaire général de la CGT qui, jusque-là, refuse la réforme.

Enfin, le chantier que veut discuter le gouvernement porte sur les aménagements de fin de carrière pour les métiers difficiles comme les infirmières ou les aides-soignantes. Le temps partiel pourrait être une solution proposée. Les syndicats doivent être reçus le 7 janvier à Matignon dans le cadre de concertations dont le Président souhaite qu’elles débouchent sur du concret afin que le projet de loi puisse être mis sur la table du Conseil des ministres dans quinze jours. Le Président veut aller vite, "il ne veut pas que ça traîne", nous a confié un conseiller, au point de s’orienter vers ce qui ressemblerait de plus en plus à une réforme "à la carte". Quant au texte sur cette réforme, il pourrait être présenté lors du Conseil des Ministres, au cours de la semaine du 20 janvier prochain. Une date qui reste à préciser, malgré tout. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent