Abstention record : faut-il rendre le vote obligatoire sous peine d'amende ?

Abstention record : faut-il rendre le vote obligatoire sous peine d'amende ?

PISTE - Après l'abstention massive au premier tour des régionales, le 20H de TF1 s'interroge sur la façon d'inciter les Français à se déplacer dans les urnes. L'une des solutions qui fait débat : le vote obligatoire.

Alors que l'abstention a atteint un taux record au premier tour des régionales dimanche dernier, avec à peine un électeur sur trois qui s'est rendu aux urnes (33,26%), le débat sur un éventuel vote obligatoire en France revient dans l'actualité. La question, épineuse, divise l'opinion et la classe politique. D'après un sondage Ifop pour Sud Radio publié ce jeudi, si les Français sont à 80% favorables à l'idée de comptabiliser le vote blanc, 59% des personnes interrogées se disent contre le vote obligatoire avec amende à la clé. 

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

En 2017, lors de la campagne présidentielle, la proposition figurait au programme du chef de file de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui voulait l'instaurer dès l'âge de 16 ans. Plus récemment, le président de la République Emmanuel Macron s'y était opposé, en avril 2019, à l'issue du grand débat national pendant lequel il avait rencontré les Français. "Je ne crois pas qu'on réponde à la crise démocratique par la contrainte. Je ne crois pas que lorsqu'il y a de la désaffection et du désintérêt pour une élection, on y réponde en rendant la chose obligatoire", avait alors expliqué le chef de l'État. 

"Cela devrait être obligatoire"

Face à la vague d'abstention des régionales, la classe politique s'est à nouveau emparée du sujet, et notamment le Rassemblement national, ébranlé par des scores décevants malgré des sondages favorables, qui donnaient le parti favori. "Les gens se plaignent de tout et en permanence. Et souvent ils ont raison. Mais il n'y a qu'une solution pour changer les choses -à part la Révolution- c'est les urnes. Et je pense que cela devrait être obligatoire. S'il n'y a pas de vote, il n'y a pas de démocratie", a ainsi déclaré Louis Aliot, maire RN de Perpignan, tandis que Marine Le Pen appelle ses électeurs à un "sursaut" pour le second tour

En vidéo

Y a-t-il un lien entre l'abstention et la déroute du RN ?

Si les partisans du vote obligatoire s'appuient justement sur le recul de l'abstention comme argument principal, d'autres craignent une potentielle montée des extrêmes comme conséquence de la mesure. Dans le quotidien Le Monde, Gilles Toulemonde, maître de conférences en droit public à l'université de Lille, explique : "Les gens qui ne vont pas voter, si vous les forcez, peuvent voter contre le système, donc pour des extrêmes"

Des exemples européens très contrastés dans les résultats

En Europe, cinq pays ont instauré le vote obligatoire, plus un canton suisse, avec des résultats très contrastés. L'exemple le plus cité est celui de la Belgique, qui a instauré la mesure en 1893, et où, à chaque élection le taux de participation avoisine les 90%. Les contrevenants, sans excuse valable, risquent une amende de 5 à 10 euros, voire 10 à 25 euros en cas de récidive. Si l'électeur s'abstient quatre fois sur une période de 15 ans, il est rayé des listes électorales pendant 10 ans. 

À l'instar de leurs voisins belges, le taux de participation à chaque élection au Luxembourg est proche des 90%. En cas d'abstention, les Luxembourgeois risquent jusqu'à 250 euros d'amende pour la première fois, jusqu'à 1000 euros s'ils récidivent. Autre pays où le vote obligatoire fait reculer l'abstention : le Liechtenstein, avec environ 80% de votants à chaque scrutin. 

Lire aussi

En Grèce et en Bulgarie, où la même mesure est en vigueur, depuis 1975 et 2016 respectivement, les taux de participation sont beaucoup plus faibles. Dans la république hellénique, la part de votants ne cesse de chuter. Aux élections régionales de 2019, seuls 40% des électeurs se sont déplacés dans les urnes. En Bulgarie, où la cour constitutionnelle a retiré les sanctions liées à l'abstention en 2017, le taux de participation n'atteint pas les 50%.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - De nouvelles restrictions en Haute-Corse, le port du masque en extérieur étendu

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

EN DIRECT - JO de Tokyo : les handballeuses françaises écrasent les Pays-Bas et filent en demies !

Ile de Ré : menacés d'expulsion, ces propriétaires de mobil-homes ont le sentiment de "faire tache"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.