REPLAY - Primaire des écologistes : le débat des cinq candidats passé au crible de nos Vérificateurs

Description du sujet digitial

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE - Les cinq candidats à la primaire écologiste, Delphine Batho, Jean-Marc Governatori, Yannick Jadot, Eric Piolle et Sandrine Rousseau débattaient mercredi soir sur LCI avant le premier tour, prévu du 16 au 19 septembre. Un événement politique suivi par notre équipe des Vérificateurs qui a passé au crible les propos de chacun.

Live

MERCI À TOUTES ET À TOUS


Merci d'avoir suivi avec nous le débat des cinq candidats à la primaire écologiste. Rendez-vous le 22 septembre pour le second débat, qui se tiendra entre les deux tours de scrutin. 

DÉMOCRATIE


Delphine Batho "propose de supprimer l’élection au suffrage universel direct du Président de la République" et de mettre en place "un régime primo-ministériel", où le Premier ministre serait nommé d'après les résultats aux élections législatives. Yannick Jadot est "pour le septennat non renouvelable" et souhaite nommer un "vice-Premier ministre à l’écologie qui regroupe alimentation, santé, environnement". Eric Piolle prône de nouveau le référendum d'initiative citoyenne. 

LES VÉRIFICATEURS – PLUS DE 10.000 AFGHANS ACCUEILLIS EN 2020


Selon Jean-Marc Governatori, en 2020, il y a eu "2,6 millions de réfugiés afghans dans le monde et 25.000 sont venus en France". La première affirmation est vraie : à la fin 2020, près de 2,6 millions d'Afghans avaient un statut de réfugié selon le Haut Comité pour les réfugiés de l'ONU.


Cependant, son deuxième chiffre est faux. En France, le chiffre est plus faible que celui donné par le candidat. Dans le rapport 2020 publié par l'OFPRA, on lit que les demandes d'asile en provenance d'Afghans ont connu une légère augmentation cette année-là, en France, avec 10.166 premières demandes introduites, soit une hausse de 1,4%. 

LES VÉRIFICATEURS – CANNABIS : UNE SPÉCIFICITÉ FRANÇAISE ? 


Sur la question sensible du cannabis, Yannick Jadot a tenu à rappeler que la France se singularise par rapport à ses voisins. "Nous sommes le pays le plus répressif et le pays où il y a le plus de consommation", a-t-il lancé. Une affirmation globalement vraie si l'on s'en tient à une comparaison à l'échelle de l'Europe. Des données compilées par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) montrent qu'en 2017, 44,8% des Français âgés de 15 à 64 ans avaient déjà consommé du cannabis. Plus qu'au Danemark (38,4%) ou qu'en Espagne (35,2%). Et globalement bien plus que la moyenne européenne, qui est de 27,2%.


En ce qui concerne le caractère répressif des lois en vigueur, Yannick Jadot est également dans le vrai. La France, comme six autres pays européens, considère que l'usage de cannabis constitue une infraction pénale, susceptible de conduire en prison. Les autres pays qui font preuve d'une sévérité similaire sont la Finlande, la Grèce, Chypre, la Hongrie, la Suède et la Norvège.

LES VÉRIFICATEURS – QUELLE ESPÉRANCE DE VIE POUR UNE MACHINE À LAVER ?


Éric Piolle a regretté l'obsolescence programmée de certains produits qui polluent la planète. Le candidat à la primaire des écologistes a ainsi pris l'exemple d'une machine à laver dont "l'espérance de vie" il y a dix ans "c'était dix ans", contre "sept ans" aujourd'hui.


Ce chiffre est directement issu d'une enquête de l'association Halte à l'obsolescence programmée (HOP) et de la start-up Murfy, experte de la réparation de gros électroménager à domicile. Selon ces travaux, publiés en septembre 2019, "en huit ans, la durée de vie des lave-linge a diminué de 30% (passant de 10 ans en 2010 à 7 ans en 2018)". 


Ceci dit, les fabricants de ces produits ont contesté la méthodologie de ce rapport lors de sa publication. De fait, ils ont noté qu'il analysait deux études distinctes, qui ne peuvent être comparées. A savoir l'une réalisée par le Groupement des marques d'appareils pour la maison (Gifam), et l'autre ne portant que sur des observations du groupe Fnac-Darty. Or, la méthodologie pour ces études n'est pas la même, comme le relevait Camille Beurdelay, déléguée générale Gifam, dans les pages du Parisien. La première demandait l'âge du précédent lave-linge factures à l'appui, tandis que Fnac-Darty s'est contenté de données déclaratives.  Or, "on sait que, de mémoire, la durée de vie est toujours minimisée".

QUI MANGE DE LA VIANDE ?

Primaire écologiste : au fait, les cinq candidats mangent-ils de la viande ?

CANNABIS


Faut-il légaliser le cannabis ? 

Delphine Batho souhaite l'encadrer avec une politique d’interdiction pour les mineurs et une politique de santé publique. Yannick Jadot est pour la légalisation "sous contrôle public, pour traiter les personnes en addiction". Jean-Marc Governatori est contre le cannabis récréatif et Sandrine Rousseau a estimé qu'il ne fallait "pas autoriser la distribution pour des mineurs".

LES VÉRIFICATEURS – DE MOINS EN MOINS D'AGRICULTEURS EN FRANCE


Jean-Marc Governatori a regretté la baisse du nombre d'agricultureurs en France, assurant qu'il y a un demi-siècle, le pays "avait une population active agricole de 14%". "Aujourd'hui, la population agricole active est de 2,5%", a-t-il déploré. 


Ces chiffres sont proches de la réalité. Selon le dernier recensement de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publié en octobre 2020, ils étaient 7,1% en 1982. Or, aujourd'hui, la France n'en compte plus qu'uenviron 400.000. Soit seulement 1,5% de l'emploi total du pays. C'est donc moins que le chiffre évoqué.

LES VÉRIFICATEURS - QUELLE POSITION DU GIEC SUR LA VIANDE ? 


Interrogés sur leur consommation de viande, les candidats à la primaire écologiste ont mis en avant des habitudes différentes. "J'en mange deux fois par semaine, comme le GIEC le suggère", a notamment indiqué Sandrine Rousseau. Un argument à nuancer. Les experts ne préconisent en effet pas d'adopter un régime alimentaire précis, avec telle ou telle quantité d'aliments par semaine. "Nous ne recommandons pas de changement de régime alimentaire", affirmait en 2019 le président d'un groupe de recherche du Giec, Hoesung Lee. La raison invoquée ? Le fait qu'il ne s'agisse pas de sa responsabilité.


Pour autant, le Giec a publié d'importants travaux sur la question de l'alimentation. La viande rouge, le boeuf en particulier, est pointée du doigt en raison des ressources que sa production requiert. Les pays les plus développés (Amerique du Nord, Europe) sont particulièrement visés, puisque la consommation de viande y est la plus importante, jusqu'à 10 fois supérieure à celle observée dans les pays les plus pauvres. En résumé, le Giec plaide pour que la viande soit moins présente dans nos assiettes dans les pays les plus développés, sans pour autant formuler de recommandations précises sur la fréquence à laquelle en consommer.

LES VÉRIFICATEURS – LE NUCLÉAIRE  EST UN PEU PLUS CHER QUE LE RENOUVELABLE


Pour défendre les énergies renouvelables, Jean-Marc Governatori a évoqué le coût excessif du nucléaire, assurant qu'elle était "l'énergie la plus couteuse qui existe".


C'est vrai, le nucléaire coûte plus cher que toutes les autres énergies, renouvelables ou fossiles. Les magistrats de la cour des comptes ont en effet établi dans un rapport de juillet 2020 que le coût de l'électricité produit par l'EPR de Flamanville se situe entre 110 et 120 euros par mégawatt. Comparé aux énergies renouvelables, c'est deux fois plus cher. De fait, pour l'éolien, le megawatt est à 60 euros, selon l'agence de transition écologique. Et entre 40 et 80 euros pour les panneaux solaires. Quant au charbon, il faut compter 20 à 25€ pour un megawatt. 


Ceci dit, la construction de cet EPR a quasiment multiplié par quatre le prix de son énergie. Or, si on regarde plutôt les centrales françaises dans leur ensemble, le coût moyen de l'électricité qu'elles produisent est plutôt aux alentours de 60 euros le mégawatt, si on prend les chiffres de cette même Cour des comptes dans un rapport de 2013. Soit finalement un prix assez proche des énergies renouvelables actuellement. 

DÉCROISSANCE


Delphine Batho prône la décroissance. "La logique actuelle d’obsession pour le PIB, l’idée qu’il faut augmenter la part du gâteau se traduit par une catastrophe écologique", explique-t-elle, proposant de remplacer le PIB par d'autres indices, par exemple un "indice de santé" ou de "niveau éducatif". 

Comment financer la décroissance ? "La décroissance finance la décroissance. Par exemple, si 9 milliards d’euros sont mis sur les engrais, les pesticides, le burnout des paysans… On les prend et on les met sur l’agriculture bio, qui produit une alimentaire saine et locale, n’empoisonne pas nos enfants et respecte la biodiversité. Ce n’est pas de l’argent en plus."

LES VÉRIFICATEURS – LA BAISSE DE L'EMPLOI DANS L'INDUSTRIE AUTOMOBILE 


Yannick Jadot a évoqué la désindustrialisation en prenant l'exemple du secteur automobile. "Depuis 10 ans on a perdu 25 % des effectifs de l'industrie automobile dans notre pays", a-t-il lancé. Un chiffre inexact : elle représente en effet 205.000 emplois aujourd'hui selon des données fournies par le Comité des constructeurs français d'automobiles, contre 225.000 il y a 10 ans. La baisse est donc moindre, de l'ordre de 8,9%. Si l'on remonte encore dans le temps, on constate néanmoins un véritable déclin. En 2004, l'industrie automobile représentait en effet 333 000 emplois. Depuis 17 ans, le recul atteint donc presque 40%.

LES VÉRIFICATEURS – LE TRANSPORT, MAUVAIS ÉLÈVE DE LA BAISSE DES ÉMISSIONS DE CO2


Pour accélérer la baisse des émissions de CO2 dans le pays, le candidat Éric Piolle a appelé à faire un effort sur le secteur des transports, où les émissions "n'ont pas baissées depuis les années 1990". De fait, tandis que les émissions de CO2 liées à l'énergie en France ont diminué de 19% entre 1990 et 2018, les données du ministère de la Transition écologique montrent dans un rapport publié en septembre 2019 que les émissions du transport de voyageurs "ont crû de 9% entre 1990 et 2017 en France, malgré l'amélioration des performances des véhicules".

TRANSPORTS


Que feraient les candidats pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux transports ? 

Yannick Jadot interdirait la vente des véhicules à moteurs thermique d'ici 2030 (ils pourraient rester en circulation). Sandrine Rousseau souhaite que "pour ceux qui ne peuvent pas se passer de leur véhicule", l'industrie puisse changer de modèle et faire des véhicules moins gourmands en consommation. Puisque "les émissions du transport n’ont pas baissées depuis les années 1990", Eric Piolle propose par exemple de taxer les véhicules les plus lourds et de n’utiliser l’avion qu'en cas de besoin. Jean-Marc Governatori s'est prononcé contre la voiture électrique, "un fléau".  Delphine Batho propose de développer les voitures au biogaz et de ne pas enfermer "le débat dans une solution unique".

LES VÉRIFICATEURS - LE SOJA VIENT BIEN MAJORITAIREMENT DU BRÉSIL 


Pour défendre sa proposition de sortir la France de l'élevage industriel, Yannick Jadot a souligné que cet élevage était nourri "avec du soja, importé du Brésil". "Et c'est pour ça que Bolsonaro détruit l'Amazonie, pour le soja qui nourrit nos élevages industriels", a-t-il plaidé. 


C'est vrai, selon les chiffres des douanes françaises citées dans un rapport publié en mai 2020. Le pays a fait venir en 2019 plus de 3,7 millions de tonnes de cette plante utilisée pour nourrir le bétail. Or, parmi ces millions de tonnes, 60,7% venaient directement du Brésil où cette culture ronge les espaces naturels.

COMMENT UTILISER LE QR CODE ?

PREMIÈRES MESURES ?


Quelles seraient les premières mesures des candidats s'ils étaient élus président ou présidente de la République ? Jean-Marc Governatori mettrait l'accent sur l'éducation, Yannick Jadot sortirait de l’élevage industriel, Delphine Batho prendrait un décret pour interdire les pesticides et perturbateurs endocriniens, Eric Piolle lancerait un référendum pour instaurer le référendum d'initiative populaire, Sandrine Rousseau ferait un pacte de dignité sociale et écologique (revenu minimum de 850 euros, plan santé, donner un statut social et juridique pour les animaux).

PRIMAIRE, MODE D'EMPLOI

Présidentielle 2022 : la primaire des écologistes, mode d'emploi

VIDÉO 


"Que les écologistes parlent enfin d'écologie", plaide Renaud Pila. Regardez son parti pris.

LES COULISSES DU DÉBAT SUR INSTAGRAM


Pour découvrir les coulisses du débat qui débutera à 20h45 sur LCI, suivez Paul Larrouturou en live sur notre compte Instagram @LCIofficiel en cliquant ici

VÉRIFICATION


Les affirmations, arguments et promesses des candidats à la primaire écologiste qui débattent ce soir sur LCI, seront vérifiés en direct par notre équipe des Vérificateurs. Ils devraient notamment répéter certains engagements déjà pris par le passé. Nous les avons passés au crible.

Primaire des écolos : les engagements des candidats passés au crible

QUI EST DELPHINE BATHO ?

Primaire écologiste : Delphine Batho, du PS à la décroissance

QUI EST JEAN-MARC GOVERNATORI ?

Primaire EELV : Jean-Marc Governatori, électron libre de l'écologie

QUI EST YANNICK JADOT ?

Présidentielle 2022 : Yannick Jadot, un "modéré" à la conquête de l'Élysée

QUI EST SANDRINE ROUSSEAU ?

Primaire écologiste : Sandrine Rousseau, l'écoféministe à l'assaut de l'Élysée

QUI EST ERIC PIOLLE ?

Éric Piolle, du laboratoire grenoblois à la présidentielle 2022

BONJOUR


Bienvenue dans ce direct consacré à notre premier débat sur LCI (canal 26), entre les cinq candidats à la primaire écologiste. Avant le premier tour, prévu du 16 au 19 septembre, Delphine Batho, Eric Piolle, Yannick Jadot, Sandrine Rousseau et Jean-Marc Governatori présentent ce soir leur projet pour la France, à un peu plus de sept mois de l'élection présidentielle. 

Un débat à suivre ici en direct, avec notre équipe des Vérificateurs qui passera au crible les propos des cinq concurrents. 

Une première étape décisive pour les écologistes à sept mois de l'élection présidentielle. À quelques jours du premier tour de la primaire EELV (du 16 au 19 septembre), les cinq candidats débattent mercredi soir, à partir de 20h45, sur LCI. Une émission à suivre en direct (canal 26) et dans ce live. 

Toute l'info sur

Les débats de la primaire écologiste sur LCI

La députée Delphine Batho, l'eurodéputé Yannick Jadot, le maire de Grenoble Éric Piolle, l'ancienne numéro 2 d'EELV Sandrine Rousseau et le conseiller municipal niçois, coprésident de Cap Écologie, Jean-Marc Governatori, présenteront leur projet pour la France à l'occasion de ce rendez-vous animé par Ruth Elkrief, en partenariat avec Le Figaro et le média en ligne Loopsider. 

Lire aussi

Tout au long de l'émission, notre équipe des Vérificateurs passera au crible les propos des concurrents et interviendra, via notre direct, pour confirmer ou rectifier certains éléments factuels. 

À noter que LCI organisera un second débat, le 22 septembre, entre les deux finalistes de cette primaire ouverte dont le second tour est prévu du 25 au 28 septembre. 

Suivez le débat entre les cinq candidats à la primaire écologiste dans le fil ci-dessus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Zemmour candidat : plusieurs médias et personnalités dénoncent l'utilisation d'images sans autorisation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.