VIDÉO – "Restez entre vous !" Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise quittent l’Assemblée en pleine nuit

Politique
DirectLCI
COUP DE COLÈRE – Au milieu de la nuit de jeudi à vendredi, Jean-Luc Mélenchon et son groupe, la France insoumise, ont quitté l’hémicycle après un nouveau cafouillage à l’Assemblée nationale. Ce vendredi matin lors d'une conférence de presse, il a dénoncé "la contamination du perchoir par la tentation autoritaire".

Si les bons comptes font les bons amis, l’inverse est aussi vrai. En témoigne la scène qui a agité l’Assemblée nationale jeudi soir lors des débats sur la moralisation de la vie politique. Au moment du vote à main levée d’un amendement (visant à faciliter l’ouverture d’un compte de campagne dans une banque), vers 23h30, l’hémicycle s’est en effet embrasé parce que le président de séance, Hughes Renson (REM), a estimé que l’amendement était rejeté. Problème : la plupart des députés présents avaient, eux, l’impression qu’il avait, au contraire, été adopté.

Ont suivi de longs et houleux échanges pour demander un nouveau vote. Mais le président, sûr de son fait et arguant qu’il avait "une meilleure vision depuis le perchoir", a obstinément refusé, s’attirant les critiques de LR et du PS. Mais c’est Jean-Luc Mélenchon qui était le plus énervé. "Franchement, c’est soûlant. On demandait juste un geste de bonne volonté. Maintenant vous nous dites que c’est trop cher. Allez on s’en va, restez entre vous, bonsoir", a lâché le leader de la France insoumise, avant de tourner les talons avec son groupe parlementaire. Aucun autre groupe n’a imité cette démarche. Et les débats ont finalement repris vers minuit…. Jusqu’à un nouvel incident (concernant le report d'un vote), à 1h du matin. On ne les compte plus.

Jean-Luc Mélenchon dénonce "l'autoritarisme" du perchoir

En vidéo

Jean-Luc Mélenchon sur les incidents à l'Assemblée : "On a assisté à une contamination du perchoir par la tentation autoritaire"

Ce matin lors d'une conférence de presse, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé "l'autoritarisme" en place à l'Assemblée pour justifier son départ de l'hémicycle jeudi. "On a assisté à une espèce de contamination du perchoir par la tentation autoritaire. C’est-à-dire, au fond, quel que soit le vote et quels que soient les avis, comme si tout cela était une formalité" a dit le leader de La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon a expliqué qu'avec les membres de son groupe, ils avaient en plus tout fait pour faciliter les débats, discutant et argumentant, plutôt que de céder à la bataille d'obstruction.


Selon l'ancien candidat à la présidentielle, ces incidents à l'Assemblée ne relève pas de l'amateurisme. "On a l'impression d'un style de pouvoir et de commandement, ça n'est pas de l'amateurisme."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter