VIDÉO - Royal tacle le gouvernement sur la crise des Gilets jaunes : "Au bord du précipice, ils gardent le cap et accélèrent en klaxonnant"

Politique
GILETS JAUNES - Invitée de l’émission "En toute franchise" ce dimanche soir sur LCI, l’ancienne ministre de l’Ecologie de François Hollande n’a pas été tendre avec ses successeurs sur leur gestion de la crise des Gilets jaunes. La réaction du porte-parole du gouvernement ne s’est pas fait attendre.

Nouvelle passe d’armes entre le gouvernement et Ségolène Royal. Invitée de l’émission politique "En toute franchise" sur LCI dimanche soir, l’ancienne ministre de l’Ecologie n’a pas mâché ses mots sur la politique du gouvernement et sa gestion de la crise des Gilets jaunes. Au lendemain d’une journée de manifestation marquée par les violences à Paris, Ségolène Royal a ainsi pointé la responsabilité de l’exécutif, critiquant notamment  son obstination à "garder le cap".


"Quand quelque chose ne va pas, on change de cap ou on fait autrement", assène l'ancienne ministre de François Hollande. De quel droit quatre ou cinq personnes, qui ont pris ces décisions au plus haut sommet de l'Etat, entraînent tout le pays dans ce désordre ? On est en démocratie, le pouvoir vient d'en haut, certes, mais la confiance vient d'en bas."


Avant d'enfoncer le clou : "Quand on répète aveuglément, la tête sous le sable, 'on garde le cap, on garde le cap'... Si M. Griveaux est dans une voiture au bord d'un précipice, il n'accélère pas, il ne tombe pas dans le précipice, il ne se dit pas 'je garde le cap', il change." 


"C'est la situation du gouvernement ? Vous pensez qu'ils sont au bord du précipice ?" l'interroge Adrien Gindre. "Mais oui, reprend Ségolène Royal, ils continuent à garder le cap, à appuyer sur l'accélérateur, et en plus en klaxonnant." 

Sur Twitter, le porte-parole du gouvernement a vertement réagi à celle qui fut un temps évoquée pour remplacer Nicolas Hulot : "Chère Ségolène Royal, si j’étais dans une voiture au bord d’un précipice, une chose est certaine... Il ne me viendrait pas à l’idée de demander mon chemin à celles et ceux qui ont conduit ce même véhicule depuis 30 ans en changeant de cap au gré des élections."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter