Sarkozy et l’affaire "des écoutes" : ce qu’il s’est passé depuis sa condamnation

Sarkozy et l’affaire "des écoutes" : ce qu’il s’est passé depuis sa condamnation

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Nicolas Sarkozy à trois ans de prison dont un an ferme pour corruption et trafic d'influence lundi. L'ancien président a immédiatement fait appel. Retour sur ce jugement, ses motivations et ses conséquences.

C'était lundi dernier, quelques minutes avant d'être condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. Le tribunal reconnaît Nicolas Sarkozy coupable de corruption et de trafic d'influence. Pour les juges, il existait bien un pacte de corruption entre l'ancien chef d'État, son avocat et ami Thierry Herzog ainsi que l'ancien haut magistrat de cassation Gilbert Azibert. Les mots utilisés par le tribunal sont cinglants.

Toute l'info sur

Le 20h

Sur la base d'écoutes téléphoniques contestées entre Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog sur une ligne officieuse dite Paul Bismuth, les juges ont estimé que les deux hommes avaient bien promis d'appuyer la candidature de Gilbert Azibert à un poste de prestige en échange d'informations judiciaires normalement confidentielles. La décision ne repose pas sur des preuves, mais sur "un faisceau d'indices grave, précis et concordant". Les trois prévenus ont alors fait appel. Redevenant ainsi innocents, ils estiment que cette condamnation sans preuve n'est pas fondée. Nicolas Sarkozy se dit prêt à aller plus loin que possible pour faire valoir son innocence.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter