VIDÉO - Se présentant comme un "fainéant", un intermittent du spectacle interpelle Macron à Toulouse

DirectLCI
POLÉMIQUE – Alors qu'Emmanuel Macron s'offrait un bain de foule à Toulouse ce lundi en début d'après-midi, un intermittent du spectacle lui a demandé de s’expliquer sur l’emploi du mot "fainéants". "Je dis les choses mais il ne faut pas me faire dire ce que je ne dis pas", lui a lancé le chef de l’État. Dans la matinée, il avait déjà été interrogé sur le sujet par l'émission Quotidien.

En déplacement à Toulouse ce lundi pour évoquer la future réforme du logement, Emmanuel Macron s’est offert un bain de foule sur la place du Capitole en début d'après-midi. Mais entre deux poignées de main, il a été interpellé pour un homme visiblement tracassé par l’emploi du mot "fainéants", prononcé vendredi dernier par le chef de l'Etat lors d’un discours à Athènes. "En tant qu'intermittent du spectacle,  sachez qu'on est de fait demandeurs d'emploi et donc fainéants pour la plupart de ceux qui vous soutiennent", lance l'individu avant d’être interrompu par le chef de l’État. 


Ce dernier tente alors de lui expliquer qui il visait derrière ce mot. "Je vous invite à regarder mes deux discours à Athènes et vous verrez que quand je parlais des fainéants, je parlais des gens qui n'avaient pas voulu faire des réformes quand ils étaient en responsabilité", assène Emmanuel Macron.

"Mon combat, il est pour les gens qui aujourd'hui n'ont pas de travail, qui veulent rentrer dans le travail et la stabilité, et pour les jeunes", poursuit le président, qui semble agacé par la prétendue mauvaise interprétation de ses propos. "Il ne faut pas faire mentir les gens. Moi je dis les choses mais faut pas me faire dire ce que je ne dis pas. Je vous respecte, alors respectez ce que je dis", conclut le locataire de l'Elysée.


Dans la matinée, il s’était déjà expliqué sur l’emploi de ce mot dans les caméras de Quotidien, revendiquant un langage de vérité tout en soulignant que "les gens ont tort de vouloir déformer (ses propos) pour créer de fausses polémiques".

Plus d'articles

Sur le même sujet