VIDEO - Sécurité, social, économie : Juppé plus "modéré" que Sarkozy… vraiment ?

VIDEO - Sécurité, social, économie : Juppé plus "modéré" que Sarkozy… vraiment ?

À DROITE TOUTE – Alain Juppé, candidat présenté comme "modéré" à la primaire de la droite, a détaillé mardi ses propositions économiques et sociales. Ces annonces font suite à la publication, en janvier, d'un livre programmatique présentant ses priorités en matière de sécurité et de délinquance. Mises bout à bout, ces prises de position font-elle vraiment du favori à la présidentielle un "modéré" ?

Alain Juppé le "modéré" contre Nicolas Sarkozy le "droitier". Alain Juppé, le "mesuré", face à François Fillon l'ultralibéral. Depuis qu'ils sont en concurrence pour la présidentielle de 2017, les hommes forts des Républicains entretiennent leurs images respectives à coups de prises de positions sur l'économie, les rapports avec le FN, le chômage, ou encore l'intégration. Depuis le lancement de sa campagne, Alain Juppé est tout particulièrement attaché à garder son image de centriste bon teint. Et pourtant… de la sortie, en janvier, de son livre Pour un Etat fort, à son programme économique et social détaillé mardi, le maire de Bordeaux construit un projet pour le moins libéral. Où l'on découvre qu'il n'est pas moins "droitier" que Nicolas Sarkozy.

 Le traitement du chômage
Réduire les "freins" au licenciement, rendre plus dégressives les indemnités pour les chômeurs : les propositions faites par Alain Juppé sont en totale harmonie avec celles du président des Républicains. Ce dernier avait égrené l'ensemble de ses propositions  en septembre dernier . Alain Juppé souhaite aussi "contrôler la recherche active d'emploi", supprimer les charges des employeurs qui embauchent au Smic et surtout "sécuriser" le CDI, ce qui signifie, pour lui, introduire dans le contrat les motifs "adaptés à l'entreprise" qui permettront de le rompre plus facilement.

 La baisse des impôts
En janvier, sur  Europe 1 , Alain Juppé avait plaidé pour qu'il n'y ait pas d'augmentation d'impôts. Il avait également défendu une suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), comme Nicolas Sarkozy. Cette semaine, il va plus loin. Il confirme la suppression de l'ISF, propose 28 milliards de baisses de prélèvements obligatoires, souhaite réduire de 2 milliards les charges incombant aux travailleurs indépendants, et de 10 milliards les cotisations sociales famille payées par l'employeur.

 La suppression des fonctionnaires
Alain Juppé propose, comme Nicolas Sarkozy, de tailler massivement dans la fonction publique. Soit 250.000 à 300.000 fonctionnaires, sachant que le maire de Bordeaux  refuse de toucher à la police, à la justice, à la défense et à l'éducation … Il entend, plus largement, faire économiser 85 milliards de dépenses publiques au pays.

 La suppression des 35 heures
On sait tout le mal que Nicolas Sarkozy et François Fillon pensent des 35 heures instaurées sous le gouvernement de Lionel Jospin. Alain Juppé propose le même programme : la sortie des 35 heures et le retour aux 39 heures, avec possibilité d'accords spécifiques au sein de l'entreprise.

 La retraite à 65 ans
Dans ce domaine, Alain Juppé va plus loin que Nicolas Sarkozy. Alors que ce dernier propose de passer la retraite à 63 ans en 2020, puis à 64 ans en 2025, Alain Juppé, dans la lignée de François Fillon, relèvera l'âge de départ à 65 ans durant son quinquennat.

 Le durcissement de la politique pénale
Dans son ouvrage Pour un Etat fort, Alain Juppé préconise le retour des peines planchers pour les récidivistes, supprimées par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, depuis le 1er octobre 2014 . Or les peines planchers avaient été instaurées sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, lequel a logiquement proposé, en novembre , de les rétablir. Le maire de Bordeaux veut également créer 10.000 nouvelles places de prison. En novembre, Nicolas Sarkozy affichait un objectif similaire.

► La suspension des allocations familiales
Alain Juppé déterre la mesure visant à suspendre les allocations familiales des familles dont les enfants sont absents de l'école. Une vieille proposition  du député Eric Ciotti, figure de l'aile droite des Républicains et proche de Nicolas Sarkozy.

► La remise en cause de l'Aide médicale d'Etat
Nicolas Sarkozy réclame la suppression de l'Aide médicale d'Etat, qui bénéficie aux étrangers en situation irrégulière. Alain Juppé peut afficher une différence : il refuse la suppression de l'AME. Toutefois, il souhaite qu'elle soit réduite aux "soins d'urgence", c’est-à-dire à peau de chagrin. Ce qui était peu ou prou la ligne de Nicolas Sarkozy avant que ce dernier ne décide de durcir sa position.

 Les accords de Schengen
L'espace Schengen "est mort, il faut repartir sur un nouveau traité", martelait en janvier le très européen Alain Juppé, faisant référence à la question des frontières et des réfugiés. En cela, il n'est plus très éloigné de Nicolas Sarkozy, qui plaide aussi depuis de longs mois pour une refonte des accords de Schengen.

 Désaccord sur la stratégie face au FN, mais…
Parmi les rares éléments qui distinguent vraiment les deux hommes, il y a la stratégie à adopter face au Front national. Alors que Nicolas Sarkozy a imposé aux Républicains la stratégie du "ni gauche, ni FN" lors des élections, Alain Juppé a affiché à plusieurs reprises son choix du "barrage républicain". Sauf qu'aux dernières élections, il a changé d'avis. Durant les régionales, Alain Juppé a lui aussi opté pour le "ni ni" au second tour, tout en précisant que cela ne pouvait pas s'appliquer à tous les scrutins.

À LIRE AUSSI
>>  Front républicain anti-FN : les errements stratégiques de Juppé et de Sarkozy

>> Huit choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur la jeunesse d'Alain Juppé

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation franchit la barre des 2000

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.