VIDEO - Emmanuel Macron, un an à l’Elysée : les Français dressent un bilan plutôt négatif de la présidence

QUINQUENNAT - Un an après l'élection d'Emmanuel Macron, 55% des Français ont un avis négatif au sujet de l'action du président de la République et plus particulièrement au sujet du pouvoir d'achat et des inégalités sociales.

Une majorité de Français (55%) dresse un bilan "négatif" de l'action d'Emmanuel Macron après un an de pouvoir, selon une enquête du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), réalisée par Ipsos-Sopra Steria avec Le Monde et la Fondation Jean Jaurès. 


L'action d'Emmanuel Macron pour ce qui est du pouvoir d'achat et de la réduction des inégalités sociales est jugée particulièrement sévèrement, 78% des Français estimant qu'elle va dans le mauvais sens. Ils sont à peine moins sévères pour ce qui est du système de santé, 72% jugeant que l'action présidentielle va dans le mauvais sens, tout comme pour le système de retraite (70%) et la maîtrise de l'immigration (66%). Le bilan est plus légèrement négatif pour la lutte contre l'insécurité (53%  jugent que l'action menée va dans le mauvais sens), la réforme de l'éducation (51%) et la lutte contre le chômage (51%), tandis que les électeurs se divisent en deux concernant l'amélioration du fonctionnement de la vie politique (50%), et ce en dépit de la loi de moralisation votée au début du mandat présidentiel.

Une politique qui favorise "les catégories aisées" ?

Seules quatre thématiques emportent l'adhésion : la politique étrangère, qui va "dans le bon sens" pour 63% des Français, l'aide aux entreprises (61%),  l'Union européenne (60%) et la lutte contre le terrorisme (57%). Confortant l'image d'un "président des riches" brandie par l'opposition,  les Français estiment à 76% que la politique menée "profite avant tout aux catégories aisées", et seulement 16% qu'elle bénéficie "à l'ensemble des  Français" (contre 5% qui la voient favorables aux catégories populaires et 3% aux classes moyennes). Des chiffres qui vont dans le sens des analyses fournies par l'Observatoire français des conjonctures économiques sur le budget 2018.

En vidéo

Un an après, revoteraient-ils pour Emmanuel Macron ?

L'accusation de privilégier les urbains trouve également un écho chez les deux tiers (67%) des personnes interrogées, qui jugent que les "Français qui vivent dans des grandes villes" sont les principaux bénéficiaires de la politique gouvernementale (contre 28% pour l'ensemble des Français, 3% pour les habitants des périphéries des villes, 2% pour les habitants des petites villes  ou zones rurales). Une perception qui puise son origine dans la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales ou la suppression de la taxe d'habitation, une aide financière substantielle pour les communes, quand bien même l'exécutif s'est engagé à compenser les pertes à l'euro près.

Malgré ce bilan plutôt mitigé, Emmanuel Macron bénéficie d'un paysage politique peu séduisant : seulement 14% des Français estiment que le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon ou la présidente du FN Marine Le Pen feraient mieux que lui, un chiffre qui tombe à 8% pour le président de LR Laurent Wauquiez et 4% pour le premier secrétaire du PS Olivier Faure.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter