VIDEO - Standing ovation et concert de casseroles pour le dernier conseil municipale de Jean-Claude Gaudin

VIDEO - Standing ovation et concert de casseroles pour le dernier conseil municipale de Jean-Claude Gaudin
Politique

FIN DE RÈGNE - Maire de Marseille depuis 1995, Jean-Claude Gaudin a présidé ce lundi son dernier conseil municipal. Au menu : écoles délabrées et immeubles en ruine.

Comme d'habitude, il est arrivé le premier. Vêtu d'un costume noir et d'une cravate violette, Jean-Claude Gaudin, 80 ans, a pris place dans le siège du maire pour la dernière fois. Ce lundi, il a présidé son ultime conseil municipal. "Ce n'est pas sans émotion que je viens présider mon 198e conseil municipal", a-t-il déclaré dans l'hémicycle. 

Lire aussi

Pour cette dernière séance, un sujet majeur de la campagne des prochaines municipales a été abordé : l'état des écoles publiques. Depuis plusieurs années, enseignants et parents d'élèves ou la chambre régionale des comptes dénoncent l'état de délabrement des écoles. Un constat que la mairie récuse ; elle a commandé son propre audit sur l'état des établissements. Une synthèse en a été présentée lors de ce conseil. "Il ne s'agit pas pour moi et ma majorité de retarder la publication de l'audit mais bien plutôt de l'avancer, en divulguant une synthèse de ce qui représente des centaines de milliers de données", a justifié Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille depuis 1995.

Avant le conseil, une cinquantaine de militants du Collectif des écoles marseillaises s'étaient rassemblés pour un concert de casseroles, à l'extérieur, sous l'oeil de nombreux CRS.

L'effondrement de la rue d'Aubagne toujours dans les esprits

La problématique de l'insalubrité des immeubles a également été abordée, tout comme la pollution de l'air et le manque de vision environnementale. A propos de l'effondrement de l'immeuble de la rue d'Aubagne qui avait fait 8 morts, l'édile a glissé : "C'est ma hantise et je me dis que ce n'est pas toujours la responsabilité du maire."

"Ensemble, nous avons fait avancer Marseille", a conclu l'édile fier d'avoir vu le chômage baisser dans sa ville de "quasiment 22%" à son arrivée à 11% aujourd'hui. "Cette passion pour Marseille et les Marseillais, mesdames et messieurs entretenez-là", a-t-il lancé comme un message aux candidats en lice, avant de recevoir une standing ovation. Plusieurs d'entre eux étaient présents dans l'hémicycle, dont la présidente du département et de la métropole Martine Vassal, soutenue par LR et adoubée par le maire, arrivée avec plus d'une heure de retard, son concurrent de droite Bruno Gilles, (dissident LR), Stéphane Ravier (RN), et Samia Ghali (ex-PS) qui a fait une apparition.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent