Brigitte Macron à nouveau insultée au Brésil : sa fille Tiphaine appelle à une mobilisation contre la misogynie

Politique

Toute L'info sur

Jair Bolsonaro et l'extrême-droite s'installent à la tête du Brésil

#BALANCETONMISO - Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, prend la défense de cette dernière, insultée par un ministre brésilien, dans une vidéo postée sur Twitter. Discrète jusque-là, elle appelle à "balancer les misos" et à lutter contre le sexisme.

Ses interventions publiques sont très rares. L'avocate Tiphaine Auzière, fille de Brigitte Macron, s'est fendue d'un premier tweet vendredi soir pour dénoncer les nouvelles insultes dont la première dame a été la cible au Brésil, quelques jours après des propos déplacés tenus par le président Jair Bolsonaro. 

Dans une vidéo, la jeune femme de 35 ans s'en prend, sans le citer, à l'auteur des propos : le ministre brésilien de l'Economie Paulo Guedes. Ce dernier a cru bon de qualifier l'épouse du chef de l'Etat français de "vraiment moche", avant d'expliquer plus tard qu'il s'agissait d'une "plaisanterie". 

Lire aussi

"Balance ton miso"

Dans une vidéo postée sur le réseau social, Tiphaine Auzière ne cite pas non plus sa mère, mais fait référence aux "responsables politiques" qui, "en 2019", "ciblent une femme publique sur son physique. Ça existe encore, me direz-vous ? Hé oui..."

L'avocate refuse toutefois de "faire la leçon à l'international parce que la France n'a pas toujours été exempte de tout reproche". "On se rappelle les épisodes en 2012-2013, lorsque, à l'Assemblée nationale, une femme est jugée parce qu'elle a une robe un peu trop fleurie... Ou encore qu'un parlementaire fait la poule parce que sa collègue intervient", rappelle-t-elle, faisant référence à l'ancienne ministre Cécile Duflot et à l'ex-députée écologiste Véronique Massoneau, prises pour cible par l'opposition dans l'hémicycle sous le précédent quinquennat. 

"Réveillons nous", lance Tiphaine Auzière, citant le poète Louis Aragon - "la femme est l'avenir de l'homme". "Tous ensemble et dès demain, investissons-nous... Dans nos familles, dans nos entreprises et dans les urnes, pour que tous ensemble... On balance nos misos [pour misogynes]."

Les nouvelles insultes visant Brigitte Macron ont été dénoncées par la classe politique française. En visite au Brésil pour rencontrer l'ancien président Lula en prison, le député LFI Jean-Luc Mélenchon a fustigé la "grossièreté" des dirigeants brésiliens, assurant la Première dame de son soutien.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter