VIDEO - Thierry Solère n'exclut pas d'adhérer à La République en marche

DirectLCI
INTERVIEW - Invité ce dimanche soir sur LCI, le député a envisagé la création d'un mouvement allié à La République en marche à l'occasion des élections européennes, prévues en 2019. Avant de prendre ses distances avec Laurent Wauquiez, grand favori à l'élection interne des Républicains. Parti qui vient de l'exclure.

Vers une nouvelle scission au sein des Républicains ? Alain Juppé a semblé tendre ce week-end la main à Emmanuel Macron en prônant un "grand mouvement central" avec le chef de l'Etat aux élections européennes. Une information du Figaro depuis démentie par le maire de Bordeaux mais qui illustre les importants tiraillements qui agitent la droite. Une idée qui, si elle ne convainc pas certains ténors des Républicains, semble obtenir les faveurs de Thierry Solère.


Invité ce dimanche soir du Live Politique sur LCI, le député pro-Macron exclu par LR Thierry Solère a reconnu qu'il n'excluait pas "à terme d'être En Marche !". Et le député de dérouler sa pensée : "Je suis un Européen, et si vous me demandez entre Emmanuel Macron et Laurent Wauquiez de qui je me sens le plus proche sur les sujets européens, il s'agit sans aucun doute du président de la République."

Un "grand mouvement central", une "erreur" pour Wauquiez

Des propos qui font écho à ceux d'Alain Juppé. Vendredi, l'ancien Premier ministre aurait fait cette proposition, rapportée par plusieurs médias : pourquoi ne pas bâtir un "grand mouvement central" avec le chef de l'Etat aux européennes de 2019 ? Dimanche après-midi, il a cependant nettement atténué son propos en tweetant : "Liste commune avec E. Macron aux Européennes ? On n'en est pas là". "Fausse nouvelle une fois de plus!", s'est-il emporté. Las, il n'en fallait guère plus agiter Les Républicains.

 A deux ans du scrutin européen, prochain rendez-vous de l'agenda électoral français, la proposition du maire de Bordeaux suscite en effet l'agacement au sein de LR, qui va élire dans un mois un nouveau président.Grand favori de cette élection interne, Laurent Wauquiez a ainsi jugé sur France 3 que cette idée était une "erreur". Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, a elle aussi prit ses distances avec M. Juppé, qu'elle soutenait pourtant à la primaire de la droite en 2016.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter