VIDÉO - Une candidate surprise pour 2017, Fillon, Le Pen, Giscard d'Estaing... Les indiscrets politiques du 23 novembre

Politique
DirectLCI
POLITIQUE - Michèle Alliot-Marie candidate ? La rose de Marine Le Pen, François Fillon nostalgique des années 80 et le musée de Valéry Giscard d'Estaing... Retrouvez les actualités politiques du mercredi 23 novembre passées inaperçues.

Michèle Alliot-Marie, députée européenne (PPE) et ancienne ministre sous la présidence Sarkozy, "a décidé de se mettre en réserve du parti Les Républicains", a annoncé mardi son bureau dans un communiqué adressé à l'AFP.  Une décision énigmatique qui relance des rumeurs insistantes quant à sa candidature à l'élection présidentielle en 2017.

Lire aussi

La députée FN du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, l’a fait savoir ce mercredi à l'Association des journalistes de la presse parlementaire : elle n'adhère pas vraiment à la nouvelle rose bleue frontiste ni à la signification qu'elle porte.


Marion Maréchal-Le Pen entend se tenir à distance du dispositif de campagne pour la présidentielle. Si elle figure bien dans le comité stratégique de campagne, la nièce de Marine Le Pen a d'abord décliné un poste de porte-parole de campagne.

Son absence a également été remarquée lors de l'inauguration du QG de campagne de la candidate frontiste, au cours de laquelle le logo et le slogan de campagne de la campagne frontiste ont été dévoilés

En vidéo

Une rose bleue comme nouveau logo : le pied de nez de Marine Le Pen à la gauche

Pour François Fillon, la RFA et la RDA existent toujours

Décidemment, François Fillon aime beaucoup les années 1980. Après sa comparaison avec Margaret Thatcher, la célèbre "Dame de fer" qui a dirigé le Royaume-Uni il y 26 ans, le programme du favori de la primaire de la droite contenait une carte montrant l'Allemagne encore divisée… 27 ans après la chute du mur de Berlin.

Giscard d’Estaing soutient Fillon et... cherche un musée pour porter son nom

Comme le rapporte Le Canard Enchaîné du mercredi 23 novembre, l’ancien président de la République a décider de soutenir François Fillon en échange, notamment, d’une petite faveur : que le musée d’Orsay soit rebaptisé Musée Giscard d’Estaing.

L’hebdomadaire satirique écrit que François Fillon a "laissé entendre qu’il pourrait débaptiser le murée d’Orsay" car Valéry Giscard d’Estaing "n’a pas du tout apprécié que le musée du Quai Branly prenne, le 21 juin, à l’initiative de François Hollande, le nom de son ancien Premier ministre Jacques Chirac". Comme quoi, la rivalité entre les deux hommes ne faiblit pas avec le temps.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter