Valéry Giscard d’Estaing raconté par ceux qui l’ont côtoyé

Valéry Giscard d’Estaing raconté par ceux qui l’ont côtoyé

Qui était vraiment Valéry Giscard d'Estaing ? Était-il de droite ou de gauche ? Comment gouvernait-il ? Comment se comportait-il avec ses ministres, ses conseillers et ses proches ? Nos équipes ont posé ces questions à ceux qui l'ont côtoyé.

Il y a d'abord la froideur apparente, celle d'un homme déterminé à changer son pays coûte que coûte. Il y a aussi le cœur, comme un deuxième visage, montré uniquement à ses plus proches fidèles. Selon Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, il avait un cœur brillant mais touchant. Il fallait qu'il ait confiance et dans des circonstances de loyauté profonde. Parmi les proches de l'ancien président, tous gardent en mémoire un amoureux de la France, au point d'interrompre ses brillantes études en 1944 pour libérer Paris.

Toute l'info sur

Le 20h

C'était aussi un homme charmeur qui imposait le respect même dans son entourage le plus proche. D'après Dominique Bussereau, président DVD du conseil départemental de Charente-Maritime et ancien ministre des Transports, il était un homme moderne, extrêmement cultivé et drôle. Pionnière du féminisme en France, Monique Pelletier a côtoyé au plus près de l'ancien président au sein du gouvernement. Entre les conseils des ministres et les entretiens réguliers avec Valéry Giscard d'Estaing, ce qu'elle retient avant tout, c'est son sens politique à chaque décision. Un homme très brillant, a-t-elle déclaré. Un avis partagé par la plupart de ceux qui ont croisé son chemin un jour chez ses amis politiques comme dans l'opposition.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5800 patients en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter