VIDEO - "Venez faire un FIFA chez moi !" : un enfant interpelle Emmanuel Macron à Amiens

VIDEO - "Venez faire un FIFA chez moi !" : un enfant interpelle Emmanuel Macron à Amiens
Politique

GAMER - Un jeune garçon a interpellé ce vendredi Emmanuel Macron à Amiens pour... l'affronter à FIFA. Une proposition amusante à laquelle le président de la République a répondu, amusé. Une parenthèse drôle dans un climat lourd de tensions.

Quand Emmanuel Macron répond à l'invitation d'un jeune pour l'affronter à FIFA. Cette scène cocasse a eu lieu après la visite pour le moins tendue que le chef de l'Etat rendait ce vendredi aux anciens salariés de Whirlpool. Parmi les badauds venus le rencontrer, la voix d'un enfant en doudoune bleue l'interpelle au beau milieu des caméras.

"Hé, venez faire un FIFA chez moi !", l'invite un jeune homme manifestement très adepte de jeux vidéo et du jeu de foot d'EA Sports. "Mais, je voudrais bien faire un FIFA avec toi", lui répond le chef de l'Etat, en s'approchant de son interlocuteur. "À mon avis je te bats en plus", poursuit-il instinctivement, du tac au tac. "Non, vous ne me battez pas monsieur, je suis trop fort. Je vous mets 20-0." lui rétorque-t-il. 

Fan de l'OM

Le président demande alors au jeune homme perché au milieu de la foule avec quelle équipe il jouerait. Sa réponse : "avec Liverpool". "Avec l'Olympique de Marseille, tu verras ce que je te mets pour Liverpool", le nargue Emmanuel Macron, devant des riverains à la fois hilares et décontenancés par son sens de la formule. 

De quoi rappeler en effet que l'Olympique de Marseille compte Emmanuel Macron dans les rangs de ses supporteurs. La séquence est bon enfant, l'enfant et le président se serrent la main. Un échange qui n'a pas échappé à la vigilance de l'OM qui s'est fendu d'un tweet mentionnant le compte de la FIFA.

Une parenthèse amusante avec un Emmanuel Macron amusé en pleine actualité tendue. De retour sur le site de l'ex-usine Whirlpool, dans sa ville natale d'Amiens, l'actuel chef de l'Etat a défendu pied à pied son engagement face à d'ex-salariés, ulcérés et l'accusant d'avoir été "bernés" par le repreneur en liquidation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

Covid-19 : pourquoi les masques en tissu n'ont plus la cote auprès des Français

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent