VIDÉO - Le Grand Entretien d'Emmanuel Macron : d'où viennent les deux tableaux ornant le bureau du président ?

Politique
DirectLCI
STREET-ART - Les deux oeuvres présentes dans le bureau du président de la République où avait lieu dimanche soir Le Grand Entretien sur TF1 et LCI ont fait réagir sur Twitter. LCI vous présente ces deux tableaux street-art signés "Obey" et Pierre Alechinsky.

Le premier -une copie de l'originale- avait fait son apparition à l'Elysée le 24 juillet dernier à l'occasion de la visite du chanteur Bono, du groupe U2. Représentant Marianne entourée des couleurs bleu-blanc-rouge et de la célèbre devise "Liberté-Egalité-Fraternité", ce tableau accroché dans le bureau d'Emmanuel Macron est l'oeuvre du street-artiste Shepard Fairey, 47 ans, plus connu sous l'alias "Obey". C'est  lui qui avait notamment réalisé le mythique portrait de Barack Obama lors de sa campagne présidentielle de 2008, avec comme slogan "HOPE". 


En réalité, comme l'indique Le Parisien, l'originale de cette Marianne se trouve sur un mur géant, rue Nationale, tout près du boulevard Vincent Auriol, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Au moment de la réception de la rockstar irlandaise à l'Elysée, la présence de cette fresque n'avait évidemment pas échappé à Jérôme Coumet, le maire socialiste de l'arrondissement. Il avait notamment rapidement retweeté un message provenant du compte officiel du chef de l'Etat, où le tableau était visible.

La toile fait d'ailleurs partie du parcours de street-art visible de la ligne 6 du métro, aérienne, imaginé par le galeriste franco-tunisien d’art urbain et d’art contemporain Mehdi Ben Cheikh, proche de Jérôme Coumet. Selon Vanity Fair, l'oeuvre figurait déjà dans le bureau du QG de campagne du candidat d'En Marche.

En vidéo

Le Grand Entretien d'Emmanuel Macron : visite guidée du bureau où s'est déroulée l'interview

Peintre belge

Concernant la deuxième fresque d'art urbain trônant dans le bureau, juste au-dessus de la cheminée, elle a été réalisée par Pierre Alechinsky, célèbre peintre et graveur belge, naviguant entre les courants expressionniste et surréaliste.  Il s'agit cette fois de l'oeuvre originale de cet artiste âgé de 89 ans.

Ce choix de toiles a de nouveau été salué ce dimanche sur Twitter par Jérôme Coumet : "Comme un petit air de #paris13 dans le bureau de travail du Président. Obey face à Alechinsky, difficile de dire qu'il a mauvais goût."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter