VIDÉO - Whirlpool : long face-à-face (et dialogue de sourds) entre Emmanuel Macron et le député insoumis François Ruffin

DirectLCI
CONFRONTATION - Le député de la France insoumise, François Ruffin, a profité de la visite d’Emmanuel Macron à l’usine de Whirlpool d’Amiens ce mardi matin pour l’interpeller sur le sort des intérimaires, qui ne sont pas concernés par le plan de reprise. Entourés de quelques ouvriers, les deux hommes ont dialogué une dizaine de minutes devant les caméras. Sans vraiment tomber d'accord.

Cinq mois après sa visite houleuse sur le site de Whirlpool d’Amiens pendant l'entre-deux-tours de la présidentielle, Emmanuel Macron est revenu ce mardi matin dans l’usine qui doit être reprise par l'industriel picard, Nicolas Decayeux, leader européen de la fabrication de boîtes aux lettres. Le chef de l’État s’est livré un exercice de communication au cours duquel il s’est félicité de cette future reprise, qui doit en principe conserver la quasi-totalité des 300 CDI.


En revanche, les 250 intérimaires ne seront pas concernés par le plan de reprise. Ce que le député de la France insoumise, François Ruffin, n’a pas manqué de rappeler à Emmanuel Macron. Lui aussi présent dans l’usine, il s’est entretenu durant une dizaine de minutes avec le président de la République, entouré du nouveau propriétaire Nicolas Decayeux et de quelques employés.

"Ce n'est pas un point de détail"

"Il y a des gens qui ont été oubliés, et ce n'est pas un point de détail dans un coin de table, c'est la moitié des salariés", a lancé le journaliste devenu député en juin dernier, qui dit craindre que les intérimaires soient "les oubliés de cette histoire". Il a ainsi réclamé que soit établie la liste de personnes embauchées en tant qu’intérimaires. "Je souhaite un engagement des pouvoirs publics à pouvoir mettre au clair la question de l'intérim chez Whirlpool et à aider filer des billes aux gens qui se retrouvent à poil, sans rien", a-t-il demandé à Emmanuel Macron, devant les caméras. Le chef de l’État s’est déclaré favorable à cette initiative afin que ces personnes puissent justement être "prioritaires" en cas de création de nouveaux postes dans la nouvelle usine. Cette dernière prévoit la fabrication et la commercialisation de casiers intelligents réfrigérés destinés à la distribution alimentaire et au secteur médical.


Le locataire de l'Elysée  a par ailleurs salué chez Whirlpool "un dialogue social qui fonctionne", ajoutant que les salariés "jamais n'ont joué la politique du pire" et que cela "paie". Quelques minutes avant cet échange, Emmanuel Macron avait discuté directement avec des intérimaires. "Si le projet décolle bien, les projections d'emplois sont favorables et elles donneront des perspectives d’emplois aux intérimaires", avait-il souligné devant eux.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter