Violences policières : sur quoi portera l'audition de Darmanin à l'Assemblée ?

Violences policières : sur quoi portera l'audition de Darmanin à l'Assemblée ?

PARLEMENT - Ce lundi à 18h15, le ministre de l'Intérieur sera interrogé par la commission des lois de l'Assemblée nationale sur les violences policières survenues ces quinze derniers jours.

Le ministre de l'Intérieur est attendu au tournant. Ce lundi à 18h15, il sera interrogé par les membres de la commission des lois de l'Assemblée nationale "sur les conditions dans lesquelles les forces de l’ordre ont eu recours à la force lors de différents événements survenus à Paris depuis la manifestation du 17 novembre 2020". Le tout sur fond de controverses autour de l'article 24 de la proposition de loi "Sécurité globale", qui prévoit de pénaliser la diffusion malveillante de l'image des policiers et gendarmes.

Toute l'info sur

L'épineuse question des violences policières

La date du 17 novembre fait référence à un rassemblement devant l'Assemblée nationale contre la proposition de loi "sécurité globale", au cours duquel les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Depuis, sont également survenus l'évacuation d'un campement de migrants place de la République et le passage à tabac du producteur de musique noir Michel Zecler par des policiers. 

Selon la présidente de la commission Yaël Braun-Pivet, cette audition "s'inscrit dans le cadre de la mission de contrôle de l'action du gouvernement par le Parlement". "Elle portera également sur le contrôle de l'action des forces de sécurité intérieure, l'efficacité des corps d'inspection ainsi que sur les améliorations envisagées dans ce domaine", a-t-elle précisé. Le cas du préfet de police de Paris Didier Lallement, très critiqué et vu à gauche comme l’incarnation des violences policières depuis son installation en plein mouvement des Gilets jaunes, pourrait également être à l'ordre du jour.

En vidéo

Violences policières : la vidéo fait la différence

LFI souhaite que Darmanin "annonce sa démission"

Questionné sur ses attentes, le député insoumis Ugo Bernalicis a répondu à LCI qu'il souhaitait que le ministre de l'Intérieur "annonce sa démission". Le député Matthieu Orphelin (ex-LaREM et EDS) espère lui que Gérald Darmanin se présentera "dans une posture moins clivante que d'ordinaire" et qu'il "apporte[ra] des gestes forts d'apaisement". "Est-il prêt à renoncer à l'article 24 mais aussi aux autres articles qui posent problème ?" dans la loi "sécurité globale" comme celui concernant la surveillance par drones, interroge le parlementaire. "Est-il prêt à renforcer très fortement la formation des forces de l'ordre, initiale et continue ?", continue-t-il, confirmant que "la question du maintien ou non du préfet Didier Lallement se pose[ra] forcément".

Lire aussi

Auprès de franceinfo, le député LaREM Bruno Questel a indiqué qu'il souhaitait avoir un "échange serein" avec le ministre de l'Intérieur. Il veut l'interroger "sur la manière dont il entend traiter et anticiper et le cas échéant travailler d'une manière générale pour que la police, dans son ensemble, soit tenue à l'écart de tels débordements ou comportements". Selon les informations de LCI, une réunion tendue s'est tenue ce lundi matin entre Gérald Darmanin et les députés de la majorité. Le ministre et les parlementaires favorables à une réécriture voire à la suppression de l'article 24 ont eu du mal à échanger dans la sérénité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

EN DIRECT - Covid-19 : 1.610 décès enregistrés en 24h au Royaume-Uni, un record

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Donald Trump quitte la Maison-Blanche avec un record d'impopularité

Lire et commenter