Vol Poitiers-Berlin : Platini et l'UEFA au secours de Manuel Valls

Politique
DirectLCI
PLATINI JOUE L'ARBITRE - Le Premier ministre Manuel Valls se serait rendu samedi au match Barcelone-Juventus Turin à l'invitation de Michel Platini, président de l'UEFA, a annoncé cette dernière mardi. Une version qui tendrait à corroborer le "déplacement officiel" revendiqué par le Premier ministre pour justifier un déplacement en jet avec deux de ses enfants, au frais du contribuable.

En fait, il était l'invité de Michel Platini. Après des heures de polémique autour du voyage de Manuel Valls à Berlin samedi soir pour la finale de la Ligue des champions, l'UEFA et son patron ont lancé une bouée de sauvetage au Premier ministre. Selon le porte-parole de l'organisation, le chef du gouvernement a pris son Falcon - embarquant au passage deux de ses enfants - à l'invitation de Michel Platini, pas seulement pour voir le match Barcelone-Juventus Turin, mais aussi "pour parler de l'Euro 2016 de football".

Une version qui corrobore les explications données par le Premier ministre plus tôt dans la journée  : "Le rôle du chef du gouvernement est de soutenir ces grands rendez-vous pour la France", affirmait-il à l'Assemblée nationale. La thèse du déplacement officiel va également dans le sens de François Hollande, venu la veille à la rescousse de son Premier ministre . L'aller-retour Poitiers-Berlin, qui aurait coûté 3000 à 4000 euros par heure au contribuable, serait donc justifié par l'activité gouvernementale.

EN SAVOIR + >> Et pour finir, le mini mea culpa de Valls

Contradictions

Mais ces explications n'ont pas suffi à l'opposition, qui continuait à dénoncer un déplacement privé. Il faut dire que le flou et la contradiction règne : selon le Canard Enchaîné à paraître mercredi, un porte-parole de l'UEFA avait assuré lundi à l'hebdomadaire satirique "qu'aucune réunion des instances dirigeantes du football européen" n'était prévue le soir de la finale. Seule certitude : Manuel Valls a bien bavardé avec Michel Platini dans la tribune présidentielle.

De quoi alimenter encore bien des sarcasmes dans l'opposition. Matignon a beau affirmer que la présence dans l'avion des deux enfants de Manuel Valls "n'ajoute strictement rien au coût de l'affrètement", la droite s'est jetée sur cette information. Pour l'ex-ministre Benoit Apparu, "ça commence à faire beaucoup, surtout pour quelqu'un qui passe son temps à nous donner des leçons de morale". Quant au député Thierry Mariani, il réclame le remboursement de la petite escapade à Manuel Valls. A l'Assemblée, pourtant, la droite est restée peu disserte sur le sujet en séance. En mai, le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, avait été épinglé pour un vol Paris-Le Havre à 3200 euros payé par les adhérents de ce parti déjà bien endetté.

EN SAVOIR + >> Paris-Le Havre : Nicolas Sarkozy préfère prendre l'avion

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter