Le Tokyo-Paris d'Edouard Philippe et sa délégation à 350.000 euros est-il réellement exorbitant ?

Politique
DirectLCI
POLÉMIQUE - Le 5 décembre dernier, Matignon a affrété un A340 d'Aérovision, un loueur privé pour sa délégation d'une soixantaine de personnes en retour de Nouvelle-Calédonie et à destination de Paris. Le coût, confirmé par le bureau du Premier ministre est de 350.000 euros. Une somme démesurée ? Explications.

La polémique enfle. Le 5 décembre dernier, Edouard Philippe et sa délégation d'une soixantaine de personnes embarquent à bord d'un A340 de l'armée de l'air qui avait fait le voyage aller, jusqu'en Nouvelle-Calédonie. Cet avion prend la direction de Tokyo, pour une escale technique de deux heures : un classique pour les vols longs-courriers. Mais lors de cette escale technique, Edouard Philippe descend de l'appareil avec sa délégation, dont plusieurs ministres, pour embarquer dans un autre gros porteur, un A340 de luxe avec 100 sièges de type première classe, loué à l'entreprise spécialisée Aero Vision. 


Le tout pour un coût de 350.000 euros : un chiffre confirmé par Matignon. Le deuxième avion, l'Airbus militaire originellement affrêté fait, lui aussi, le voyage retour à destination de Paris mais quasiment à vide. Pourquoi le premier ministre et sa délégation n'ont-ils pas poursuivi leur voyage dans l'avion militaire ? Ce vol à 350.000 euros est-il vraiment exorbitant ? 

Le premier argument avancé par Matignon, concernant cet avion est que l'avion militaire, ancien et sans siège business "ne sert pas en temps normal à transporter ni des autorités militaires ni des membres du gouvernement en long courrier et de nuit". L'autre argument avancé est que le premier ministre devait revenir "dans les temps impartis" avant qu'Emmanuel Macron ne décolle pour l'Algérie et pour un Conseil de défense prévu à 8h à l'Elysée. Même si la règle souffre de nombreuses exceptions, en l'absence du chef de l'Etat, le Premier ministre doit se trouver en métropole, rappelle Matignon à l'AFP. 


Au final, cet avion de location, qui s'est posé le 6 décembre à 7h30 à Orly, aura permis au Premier ministre, dans de meilleures conditions de confort, de gagner deux heures. Matignon a fait les comptes et estime à 6.000 euros par personne le coût pour transporter les 60 membres de la délégation. 

Un avion privé au siège moins cher qu'un siège sur Air France

LCI a fait le comparatif avec, par exemple, un vol commercial Air France, en date du 5 décembre 2018 et le prix d'un billet, en 1re classe sur la compagnie française s'élève à plus de 8800 euros. Soit plus de 2000 euros que le prix d'un siège sur Aerovision. 

D'autre part, une heure de vol dans l'A330 présidentiel avait été évalué 20.776 euros par le Ministre de la Défense, en 2014 en réponse à une question du député René Dosière. Un voyage Tokyo - Paris est d'envion treize heures soit un coût de 270 090 euros. Reste à savoir combien coûte un voyage de l'A340 militaire affrêté voyageant à vide.

C'est compliqué de déplacer le Premier ministre, et c'est cherEdouard Philippe, premier Ministre

Interrogé sur RTL, Edouard Philippe s'est expliqué ce matin. Edouard Philippe "assume complètement" le recours à ce vol privé à 350.000 euros entre Tokyo et Paris pour le ramener, lui et sa délégation, de Nouvelle-Calédonie, a-t-il affirmé , reconnaissant toutefois qu'il est "compliqué" et "cher" de déplacer un Premier ministre. "Je comprends parfaitement à la fois la surprise et les interrogations que se posent les Français", a-t-il déclaré, justifiant notamment le vol par le besoin d'être de retour en métropole avant le départ d'Emmanuel Macron en Algérie le 6 décembre. 


"Si vous aviez invité Edouard Philippe, je serais venu en métro, ça m'aurait coûté 1,90 ou 2 euros. Mais (...) je suis arrivé avec quatre véhicules, des motards, 15 personnes, avec un médecin et un transmetteur qui me suivent en permanence, parce que c'est le régime donné à un Premier ministre d'être systématiquement en mesure de réagir", a plaidé M. Philippe sur RTL. Il a ensuite déclaré que son voyage en Nouvelle-Calédonie avait coûté 30% moins cher que celui effectué par Manuel Valls . 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter