WikiLeaks : le communiqué WTF des jeunes de la droite populaire

DirectLCI
FRANCELEAKS - Les jeunes de la droite populaire, un courant classé à droite du parti Les Républicains, se sont fendus, mercredi soir, d'un texte très particulier où ils ont dénoncé "un complot anti-américain" après les révélations de WikiLeaks. Une prise de position qui détonne.

L’ironie, c’est un peu comme l’humour : s’il faut l’expliquer, c’est qu’elle est tombée à plat. Suite aux révélations, mardi soir, de WikiLeaks, en collaboration avec Libération et Mediapart, à gauche comme à droite on abreuve réseaux sociaux et réactions de communiqués de presse où se mêle indignation et condamnation ferme. Mais certains vont plus loin. Trop ?

EN SAVOIR +
>> Les Etats-Unis auraient mis Chirac, Sarkozy et Hollande sur écoute
>>
WikiLeaks : Julian Assange promet d'autres révélations

WikiLeaks, un complot anti-américain téléguidé par Moscou ?

Au milieu de ce flot de réactions, la prose des jeunes de la Droite populaire, un courant classé à l’aile droite du parti Les Républicains, détonne. Dans leur communiqué de presse publié mercredi soir, ils y vont franco, affichant un très étonnant soutien aux États-Unis, qui aurait écouté entre 2006 et 2012  Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Ils font part de leur "scepticisme" sur les révélations qui n’est, selon eux, "qu’un complot anti-américain commandité par Moscou et appliqué par l’Etat islamique". Et demandent alors, pêle-mêle, la ratification immédiate du Traité de libre-échange transatlantique (Tafta) – à rebours des positions à droite, notamment celle de François Fillon – et le rattachement de l’armée française à un état-major américain "pour montrer notre attachement à cette alliance absolue qui sauvegarde les intérêts de la France".

Vous l’avez ? À ce moment précis, le lecteur se dit que, peut-être, quelque chose cloche. Du moins, qu’il ne faut pas prendre le récit au premier degré, ce qu’assurera Pierre Gentillet, le président du mouvement, ce jeudi matin, sur son compte Twitter, douze heures après la publication du texte.

Une ironie pas toujours perçue

Contacté par metronews, il confirme : "Le texte est ironique". Pierre Gentillet se lance alors dans l’explication de texte : "Vous imaginez un complot anti-américain appliqué par l'Etat islamique ? Regardez donc le dernier paragraphe. Bien sûr que c’est ironique". Et assure que les internautes "l’ont bien compris", tout en reconnaissant que, peut-être, "deux ou trois" étaient passés à côté. Voire un peu plus ? Sur Twitter, notamment, le texte n'a pas forcément fait l’unanimité.

Pourquoi cette forme de communication ? "Au départ, nous voulions réagir basiquement, en dénonçant le foutage de gueule des Etats-Unis. Mais nous sommes un petit mouvement, tout le monde ne lit pas nos communiqués de presse, confesse. Alors, on a voulu jouer la carte de l’ironie à 200 %". Une carte qui a visiblement fonctionné... même s'il a fallu lever les doutes.

Plus d'articles

Sur le même sujet