Woerth : "J'ai été choqué par la fuite de l'Assemblée de Monsieur de Rugy"

Woerth : "J'ai été choqué par la fuite de l'Assemblée de Monsieur de Rugy"
Politique

INTERVIEW - Invité de Christophe Jakubyszyn ce lundi sur LCI, le député LR a réagi à la nomination de François de Rugy - ex président de l'Assemblée nationale - au ministère de l'Ecologie, évoquant un "jeu de va -et-vient très néfaste pour la démocratie ."

"C'est pas un poste d'attente président de l'Assemblée nationale." Invité par Christophe Jakubyszyn à commenter l'élection de Richard Ferrand la veille au perchoir de l'hémicycle, Eric Woerth a rapidement éludé la réponse considérant que "ça relève de la majorité de la République en Marche", préférant s'attarder un moment sur le départ de François de Rugy.  "Moi, j'ai été choqué, pas du tout par l'élection de Monsieur Ferrand. J'ai été choquée par la fuite de l'Assemblée nationale de Monsieur de Rugy,"a-t-il lancé, ajoutant qu'il s'est d'ailleurs "senti comme beaucoup de collègues affaibli dans son rôle de député."

Et de poursuivre : "Quand on est président de l'Assemblée nationale, on est président d'une des institutions, de tout le monde, on représente tous les députés." 

Lire aussi

"Je ne crois pas que ça soit une progression de rentrer dans un gouvernement"

Rappelant que le président de l'Assemblée nationale "représente l'équilibre des pouvoirs", il a par ailleurs  estimé que "ce jeu de va -et-vient est très néfaste pour la démocratie (...) c'est une très mauvaise nouvelle." 

"Quand le président de l'Assemblée nationale accepte un poste de ministre comme ça à la vite (...) c'est qu'au fond vous considérez que c'est un progrès ou une progression pour vous même. Et je ne crois pas que ça soit une progression de rentrer dans un gouvernement quand on est président de l'Assemblée nationale", a-t-il ajouté avant de nuancer, "quand on député c'est autre chose."

Le mandat de 18 mois de François de Rugy à la présidence de l'Assemblée nationale a pris fin le 4 septembre dernier après sa nomination au ministère de la Transition écologique une semaine après la démission surprise de Nicolas Hulot de son poste de N.3 de l'équipe dirigée par Edouard Philippe.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent