Sarkozy, le "monsieur plus" des Républicains, selon Woerth

DirectLCI
Le secrétaire général des Républicains a estimé ce mercredi sur LCI que Nicolas Sarkozy "a plus d'énergie, plus de qualités, une vision plus lointaine et une force" que n'ont pas les autres candidats à la primaire de la droite et du centre. Il a par ailleurs invité François Fillon à "en rester au débat d'idées" après sa charge contre l'ancien chef d'Etat, dimanche dernier.

"Il a plus de choses que tout le monde." C'est ce qu'a estimé ce mercredi le secrétaire général des Républicains, Eric Woerth, au sujet de Nicolas Sarkozy assurant qu'il ne sent pas "écartelé" entre l'ancien chef d'Etat et François Fillon, tous deux candidats à la primaire de la droite et du centre.


"J'ai soutenu Francois Fillon dans le combat qu'il a mené au moment de l'UMP", a ainsi rappelé le député (LR) de l'Oise,  invité de "24 heures en questions" ce mercredi sur LCI. Et d'ajouter : "quand Nicolas Sarkozy est rentré dans le jeu, qu'il a repris l'UMP et l'a transformé en Républicains, je l'ai soutenu." 


Expliquant avoir choisi celui qu'il estime "être le meilleur", il a énuméré les qualités, qui l'ont conduit à cette décision : "plus d'énergie, plus de qualités, une vision plus lointaine et une force."


"Personne n'a le monopole de l'intégrité et du gaullisme"

Pour autant, Eric Woerth a assuré n'avoir aucun "adversaire" dans sa famille politique. "Je ne dis pas que les autres candidats ne sont pas bons", a-t-il d'ailleurs précisé. "J'ai un infini respect pour Alain Juppé,  j'ai travaillé avec lui, et François Fillon c'est un ami."


"J'ai vraiment pas de problème, je ne combattrai aucun mais je combattrai pour Nicolas Sarkozy et chacun doit s'engager et doit le faire sans peur. Et moi je soutiendrai le gagnant  comme tout le monde", a-t-il lancé en pour conclure. "Mais personne n'a le monopole de l'intégrité et du gaullisme."


Invité à réagir sur la charge de François Fillon contre l'ancien chef d'Etat dimanche dernier,  le secrétaire général des Républicains a invité ce dernier à "en rester au débat d'idées" et à "cesser la violence tout de suite" car "la primaire vaut mieux que ça".

En vidéo

Woerth : "C'est pas un discours exemplaire que de faire ce qu'a fait François Fillon"

Plus d'articles

Sur le même sujet