Yannick Jadot : "Tout est déshumanisé, c’est Bercy qui dirige ce pays !"

Yannick Jadot : "Tout est déshumanisé, c’est Bercy qui dirige ce pays !"
Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

POLITIQUE - Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie-Les Verts était l’invité ce lundi matin d’Elizabeth Martichoux sur LCI. Il s'est notamment prononcé sur le congé de deuil pour enfant et a considéré que c'était le ministère des Finances qui pilotait ce pays.

Aucun des sujets abordés ce lundi matin ne l'a laissé de marbre, au contraire. Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie-Les Verts était l’invité ce jour d’Elizabeth Martichoux sur LCI. 

Interrogé sur le congé de deuil pour enfant, Yannick Jadot a estimé que la polémique n'était pas close. "Elle le sera quand l’Assemblée nationale avec le Sénat voteront l’extension de 5 à 12 jours du congé deuil pour les parents", a-t-il asséné. 

Pour Yannick Jadot, aujourd'hui, "on a l'impression que tout est déshumanisé" et "que ce sont des feuilles Excel qui servent aux décisions de ce gouvernement". "On pourrait faire une liste assez effroyable de l'arrogance technocratique qui nous gouverne. Souvenez-vous : les APL pour 5 euros, a ajouté le député. On a là un président qui dit ‘Faisons un peu d’humanité', mais on parle de parents en deuil de leur enfant, ça ne va pas nous faire le trou de la sécu ! Il y a une forme d’inhumanité permanente, d’incapacité. On est gouvernés par des gens qui ne connaissent rien de la vie, qui ne connaissent rien des difficultés des Françaises et des Français, que ces difficultés soient sociales ou humaines. C’est Bercy qui dirige ce pays, regardez pour les retraites, regardez pour tout. On dirait qu’on est dirigés par des comptables qui veulent nous faire rêver autour d’une feuille Excel, c’est dramatique".

Sur la candidature d'Edouard Philippe au Havre

Concernant la candidature d’Edouard Philippe au Havre, Yannick Jadot a déjà dit qu’il la trouvait "scandaleuse". Questionnée par Elizabeth Martichoux sur celle-ci, le député s'est agacé : "Un Premier ministre dans l’état de notre pays, sa responsabilité, vous pensez vraiment que c’est de faire campagne au Havre? Vous trouvez que notre pays va suffisamment bien ?" 

Et d'ajouter : "Quand vous voyez le niveau d’amateurisme. Quand vous voyez le manque de sérieux de ce gouvernement et le Premier ministre qui devrait être là pour ouvrir un débat sur l’hôpital, pour aider l’Education nationale, la police, les pompiers qui sont en burn-out… J’espère que les électeurs trancheront et sanctionneront Edouard Philippe". 

Pour Yannick Jadot, "ce sont les écologistes qui doivent prendre le volant. Choisissez les plus crédibles, ceux qui ne trembleront pas face aux lobbys". 

Sur Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie

Au sujet de la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, le député européen EELV Yannick Jadot a demandé à Emmanuel Macron et à l'Etat actionnaire de lui leur soutien alors que celle-ci fait l'objet de rumeurs de non-renouvellement de son mandat.

"Elle est menacée et je demande au gouvernement de soutenir Isabelle Kocher, je demande à Emmanuel Macron de la soutenir", a réclamé le chef de file d'EELV sur LCI. "Je soutiens cette femme qui est en train de faire changer un grand groupe énergétique français vers ce que nous portons, la révolution climatique, la révolution énergétique, l'efficacité dans nos logements", a-t-il expliqué. Il faut que l'État, "le premier actionnaire d'Engie" (avec 23,6% du capital, NDLR), s'engage, contre "la vieille garde industrielle de ce pays", à "soutenir cette transition énergétique et cette femme de courage", a-t-il insisté.

Isabelle Kocher, 53 ans, directrice générale d'Engie depuis mai 2016, date à laquelle elle a succédé à Gérard Mestrallet, a pendant son mandat lancé une vaste transformation du groupe.Alors que son mandat arrive a échéance en mai 2020 et que le conseil d'administration doit décider en février de le renouveler ou non, son sort a fait l'objet de nombreuses spéculations dans la presse ces dernières semaines, certaines sources anonymes estimant qu'elle ne serait pas reconduite dans ses fonctions.

Sur l'affaire #Mila, "un soutien sans réserve" à la lycéenne

Enfin, interrogé sur l'affaire #Mila, le député européen Europe Ecologie-Les Verts a dit "soutenir sans aucune réserve" la jeune fille. "Les propos qu’elle a tenus étaient déplacés, injurieux. Mais qu’elle soit attaquée sur son homosexualité, qu’elle soit menacée de viol, de mort, est absolument insupportable. Nous devons nous mobiliser pour que l’on puisse dans ce pays critiquer les religions quelles qu’elles soient. C’est une gamine de 16 ans qui ne peut plus aller en cours..."

A la question 'peut-on insulter les religions", Yannick Jadot dit "oui". "Ça s’appelle la liberté d’opinion, je ne dis pas que c’est forcément malin à chaque fois, mais c’est la liberté d’expression. On doit pouvoir critiquer des religions. Elle l’a fait de manière injurieuse mais c’est une gamine de 16 ans", a-t-il insisté. 

Pour le député, "nous avons aujourd’hui un rapport ambigu à la laïcité et à la critique des religions"."Nous devons reprendre ce combat de la laïcité avec beaucoup plus de fermeté", a-t-il conclu.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent