VIDÉO - 18-Juin : découvrez la véritable histoire de l'appel du général de Gaulle

VIDÉO - 18-Juin : découvrez la véritable histoire de l'appel du général de Gaulle

HISTOIRE - Face à l’imminence de la capitulation de la France, Charles de Gaulle prononce, le 18 juin 1940 depuis Londres, un discours historique qui deviendra l'acte fondateur de la résistance française. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il n'y pas eu qu'un seul appel. Le discours le plus connu est en effet celui du 22 juin, le premier n'ayant pas été enregistré.

"Vive la France, libre dans l’honneur et dans l’indépendance". Cette conclusion de l'appel de Charles de Gaulle aux Français en juin 1940 demeure gravée dans les mémoires. Pourtant, il ne s'agit pas d'un extrait de l'appel du 18 juin, ou du moins pas réellement. Ces mots sont plutôt ceux d'une autre intervention radiophonique effectuée quelques jours plus tard, le 22. La date du 18 juin 1940 est évidemment décisive puisqu'il s'agit effectivement du premier appel du général à poursuivre les combats. Pour autant, il n'en existe plus aucune trace sonore aujourd'hui ; ce jour là, l'allocution n'a pas été enregistrée par les techniciens de la BBC, elle n'a été que diffusée. Seuls demeurent les manuscrits dont on sait que certains passages diffèrent de la version prononcée. Mais alors que sait-on véritablement de ce discours du 18 juin ? 

Le contexte

Après à peine un mois de combat, la situation de la France à la mi-juin 1940 est désespérée. Le 14, les Allemands ont fait leur entrée dans Paris. Leur avance semble irrésistible et les soldats français capturés se comptent déjà en centaines de milliers. Plusieurs millions de civils fuient sur les routes face à la poussée allemande et le corps expéditionnaire allié est en miettes. Le 16 juin, Philippe Pétain est nommé à la tête du gouvernement à la place d'un Paul Reynaut démissionnaire. Au vu de la situation du pays, il choisi de demander la cessation des combats. Le lendemain, il s'exprime alors à la radio pour prévenir les Français qu'il va demander l'armistice avec l’Allemagne. Une décision qui révolte De Gaulle, nommé général le 1 juin 1940. Celui qui va devenir la figure emblématique de la France Libre et résistante se démène alors auprès des Britanniques pour obtenir une possibilité de s'exprimer à la radio pour appeler les Français à ne pas cesser la lutte. La majorité des membres du cabinet anglais s'oppose à son intervention. Finalement, avec l'aval de Churchill, il obtient un créneau pour s'exprimer entre deux programmes de la BBC le 18 juin 1940. 

En vidéo

Après son appel à la radio, De Gaulle a été désigné sous le nom de "général micro"

Sept appels jusqu'au 6 août 1940

Le général arrive dans les locaux de la BBC à 18 heures environ (19 heures en France). Il enregistre dans la foulée un court appel dans lequel il enjoint les Français à ne pas accepter la défaite. Le message n'a en réalité été diffusé que quelques heures plus tard (vers 23 heures en France). La BBC devait auparavant partager un discours de Churchill prononcé dans l'après-midi. Cette première intervention radiophonique de De Gaulle est très peu entendue.

Il faut pourtant revenir sur son contenu tant les mots sont forts et lourds de sens. Le Général commence par reconnaître que la France a effectivement subi une défaite, submergée "par la force mécanique, terrestre et aérienne de l'ennemi." Il explique que la "tactique des Allemands" d'utilisation des chars et avions a conduit les dirigeants de la France "là où ils en sont aujourd’hui", sous-entendu à demander l'armistice. Pour autant, il affirme que "rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. [...] Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure." De Gaulle souligne aussi que cette guerre"n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale." Il appelle enfin tous les Français qui ne souhaitent pas plier l'échine et "qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver " à le rejoindre. Sa conclusion est particulièrement marquante : "quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas". Cet appel est le premier d'une série de sept messages diffusés sur les ondes de la BBC du 18 juin au 6 août 1940. 

En vidéo

En réalité, il y a eu sept appels entre le 18 juin et le 6 août 1940

Une censure britannique

Interrogé sur le plateau de LCI, l'historien Jean-Pierre Guéno explique que "ce n'est pas le texte écrit le 17 juin. Il a été modifié, amendé." En effet, De Gaulle a changé certaines formulations au dernier moment de son propre chef...mais pas seulement. Les Anglais ont fait pression pour que l'introduction du discours soit modifiée. La version initiale était la suivante : "les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat". Elle a finalement été remplacée par ces propos bien plus neutres et édulcorés : "Le gouvernement a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables pourrait cesser le combat. Il a déclaré en outre que la lutte devait continuer si ces conditions étaient contraires à l’honneur, la dignité et l’indépendance de la France."

Après cet appel, ou plutôt ces appels, à la résistance, Charles de Gaulle a été condamné le 4 juillet 1940  à 4 ans de prison par un tribunal constitué de généraux à Toulouse. Par la suite, Pétain lance personnellement une nouvelle procédure qui aboutit à la condamnation à mort du Général. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France impose un test aux voyageurs européens

La baisse des livraisons de Pfizer est-elle liée à une nouvelle stratégie de vaccination ?

Procédure de destitution : les étapes qui attendent Donald Trump

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter