20 millions de Français privés de sortie après 21h : mais au fait, d'où vient le terme "couvre-feu" ?

20 millions de Français privés de sortie après 21h : mais au fait, d'où vient le terme "couvre-feu" ?

COVID-19 - L'interdiction de sortir de chez soi à partir de 21 heures est désormais en vigueur dans neuf métropoles françaises. Mais quelle est l'origine de cette mesure et du terme "couvre-feu" ?

Un tiers de la population française vit désormais sous le régime du couvre-feu. Avant de faire son entrée dans le lexique de la crise du Covid-19, cette mesure avait notamment été décrétée à la Réunion en 2018 après une flambée de violences en marge du mouvement des Gilets jaunes, et une dizaine d'années plus tôt à Nice, Orléans, Le Havre, Amiens ou encore Rouen pour calmer les émeutes dans les banlieues. L'expression désigne aujourd'hui tout simplement l'interdiction de sortir de chez soi à partir d'une certaine heure, mais ce n'est pas sa signification originelle. 

Au Moyen-Age, où le terme trouve en effet ses origines, le couvre-feu désignait un ustensile de cuivre, de terre cuite ou de fer dont on se servait pour couvrir le feu et idéalement le conserver. Puis s'est répandue la formule "sonner le couvre-feu" en référence au moment de la journée, à savoir à la nuit tombée, où une cloche retentissait pour signifier qu'il était temps de couvrir le feu chez soi afin d'éviter les incendies nocturnes.

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Lire aussi

"À l'époque, les maisons étaient construites en bois. Il y avait donc un fort risque d'incendie. Or, alors que le chauffage était quasi-exclusivement assuré par des feux de bois, il était tentant de laisser le feu brûler la nuit pour ne pas souffrir du froid", expliquait il y a quelques mois à RTL Jean-Baptiste Giraud, auteur de Pourquoi les bananes sont-elles courbées ?

Pour éviter l'embrasement général, poursuit-il, les bourgmestres, à savoir les maires de l'époque, ont imposé un couvre-feu : "à partir d'une certaine heure, indiquée par une cloche disposée sur le beffroi ou la mairie de l'époque, tous les feux devaient être éteints, y compris les flammes des bougies."

Une pratique qui se généralise à partir du XIe siècle

Dès le XIe siècle, la pratique se généralise en temps de guerre, en France, et ailleurs. Il s’agit alors de rentrer chez soi à un moment indiqué puis d’éteindre ou de masquer les sources de lumière, le couvre-feu devenant synonyme d'extinction des feux. La mesure a notamment été appliquée lors de la Seconde Guerre mondiale. 

L'utilisation du terme a depuis encore été élargie puisqu'il désigne de nos jours l'interdiction à la population, y compris en temps de paix, de circuler dans la rue à compter d'une certaine heure et jusqu'à une certaine heure, en l’occurrence le soir et tôt le matin. Décrétée par les autorités, la mesure a vocation à permettre de mieux assurer la sécurité de la zone sous couvre-feu ou de limiter la libre circulation d'une certaine catégorie de personnes, comme les femmes ou les mineurs.

Cette utilisation ancestrale et réactualisée mais toujours contemporaine du terme "couvre-feu", le dictionnaire Larousse y fait écho dans la définition qu'il propose en 2020. "Autrefois, signal qui indiquait le moment de rentrer chez soi et d'éteindre les lumières", peut-on lire tout d'abord suivi de : "Mesure de police ou ordre militaire interdisant temporairement de sortir des maisons."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un conseil de défense sanitaire se tiendra lundi, annonce Jean Castex

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.