24 novembre : dans l'ombre des Gilets jaunes, les féministes de #NousToutes comptent bien prendre la lumière

24 novembre : dans l'ombre des Gilets jaunes, les féministes de #NousToutes comptent bien prendre la lumière

Population
DirectLCI
DANS LA RUE - A la dernière minute, les Gilets jaunes ont annoncé leur volonté de se rassembler à Paris le 24 novembre. Le jour choisi par le collectif #NousToutes, depuis des mois, pour une démonstration espérée massive contre les violences sexistes et sexuelles. Face au télescopage, les militantes féministes se montrent préoccupées, mais confiantes.

Un télescopage en règle. Alors qu'une importante manifestation féministe contre les violences sexistes et sexuelles se prépare depuis des mois à Paris et dans plusieurs villes sous l'impulsion du collectif #NousToutes, le mouvement des Gilets Jaunes est venu rebattre les cartes en dernière minute. Car les voilà qui appellent à se réunir à nouveau en masse ce samedi dans les rues de la capitale. Résultat : un embouteillage de rassemblements à prévoir ce 24 novembre, à Paris et ailleurs.


Du côté des militantes pour les droits des femmes, Marion Schaefer,  féministe et bénévole pour #NousToutes, ne cache pas le "moment de flottement" qui a régné dans les rangs des premières engagées. "Bien sûr qu'il y a eu de la déception. On s'est dit que notre combat allait être invisibilisé" dit-elle à LCI. "Il est très rare que cette thématique des violences faites aux femmes soit mise en valeur dans un mouvement d'une telle ampleur. Nous représentons pas moins de 95 comités locaux et 60 associations... #NousToutes est né en juillet dernier et cela fait concrètement quatre mois que nous préparons cette journée du 24 novembre. On craint de perdre de l'espace, à la fois dans la rue et dans les médias. On espère que notre message sera visible."

Nous serons là Marion Schaefer

Malgré tout, pas question de céder à la panique. "A quoi sert de s'inquiéter de toute façon ?" reprend Marion Schaefer. "On a bien essayé, très vite, de discuter avec les Gilets Jaunes pour trouver un arrangement, mais comme il n'y a pas de tête au mouvement, c'était compliqué. Finalement, notre manifestation est maintenue, nous serons là". 


Face aux imprévus, la préfecture de Paris a pris les devants. Le point de départ de la marche féministe a donc changé : au lieu de la place de la Madeleine, c'est finalement la place de l'Opéra qui fera office de starter-block, à partir de 14 heures. Les manifestantes et manifestants se rendront ensuite à République. 

Pas de panique !

Dans tous les cas, sur les réseaux sociaux, les militantes tentent de désamorcer la situation et de rassurer les citoyens et citoyennes qui comptent les rejoindre. "Et avec les Gilets Jaunes ?" écrivent-elles. "La manifestation #NousToutes est autorisée par la Préfecture et sera sécurisée. Les Gilets Jaunes ont appelé à un rassemblement le matin. Aucune inquiétude !"

Dans les faits, aucune heure de rassemblement n'est encore fixée pour les Gilets Jaunes, qui ont finalement obtenu l'autorisation de se réunir au Champ de Mars, d'après Beauvau (même si l'information a été démentie par l'instigatrice la pétition, Priscilla Ludosky). A près de 4 kilomètres et trois quart d'heure de marche, donc, de la place de l'Opéra.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter