34 cas dans un abattoir du Loiret : "Ma soeur a dû être contaminée par la première collègue infectée"

34 cas dans un abattoir du Loiret : "Ma soeur a dû être contaminée par la première collègue infectée"

CONTAMINATION - Alors que 34 cas de Covid-19 au sein d'un abattoir de Fleury-lès-Aubrais (Loiret) ont été confirmés, l'une des employées, touchée par la maladie, a accepté de se confier à LCI. Elle évoque la situation de sa sœur, atteinte également, et qui travaille dans la même entreprise.

Elle fait partie des 34 personnes contaminées à ce jour à l'abattoir de Fleury-lès-Aubrais dans le Loiret. Aminata est venue se faire tester, soumise comme l'ensemble des salariés de cette entreprise à un dépistage. Et le verdict est tombé : positif. L’entreprise a dû fermer ses portes "le temps de compléter les investigations et de procéder aux opérations de désinfection des locaux", a indiqué l'Agence Régionale de Santé du Centre-Val de Loire.

Maintenant, l'heure est à la recherche des cas contacts hors de la sphère professionnelle. Ce qui va être entrepris par l'assurance maladie, précise l'ARS. 

A LIRE AUSSI

>> Les abattoirs sont-ils des lieux à haut risque ?

>> Que sait-on du cluster identifié dans le Loiret ?

>> 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?
Elle avait des migraines, elle était très fatiguée et avait un rhume, donc on pensait que c'était la grippe normale, comme d'habitude.- Aminata

Aminata n'est pas la seule de sa famille à avoir été touchée par le virus. Sa soeur, qui travaille dans le même abattoir qu'elle, a également été contaminée. "Je pense que ma sœur a été en contact avec notre première collègue infectée. Elle mangeait ensemble dans la même salle et utilisait le même micro-onde", confie-t-elle à LCI.

"Elle avait des migraines, elle était très fatiguée et avait un rhume, donc on pensait que c'était la grippe normale, comme d'habitude. Elle est venue au travail mais elle se sentait pas  bien donc on lui a dit de rentrer. Ensuite elle a appelé son docteur qui l'a mise en arrêt de travail pendant une semaine. Dans ce laps de temps, elle a fait le test et elle était positive", poursuit-elle.

On s'en serait bien passé- La maire de Fleury-lès-Aubrais

Ce nouveau cluster dans un abattoir, après les six cas découverts dans les Côtes-d'Armor, ne manque pas de susciter l'inquiétude dans la région. Une enquête a d'ailleurs été ouverte pour découvrir comment est apparu ce foyer de contamination. Tout est parti de trois cas, répertoriés sur le tout nouveau fichier informatique "Contact Covid" qui permet de tracer les malades et leurs proches. Après investigation, les épidémiologistes de l’ARS ont alors pu détecter douze cas au sein de l'entreprise et de deux entreprises sous-traitantes, puis 22 supplémentaires après un dépistage réalisé sur le site vendredi.

 

Pour la maire de Fleury-lès-Aubrais, "c'est un instant grave". "On s’en serait bien passé", a reconnu Marie-Agnès Linguet sur Europe 1. "Ce qui est nécessaire, c’est d’accompagner, de rassurer, et puis de donner un signe de confiance aussi à l’entreprise qui est durement touchée. Ce ne sont pas seulement des salariés, ce sont des gens à qui il arrive quelque chose d’assez dur", a-t-elle ajouté.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine", annonce Gabriel Attal

EN DIRECT - Investiture de Joe Biden : les invités d'honneur arrivent au Capitole

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter