400 millions d'euros de pertes en 20 jours : comment la SNCF calcule-t-elle le coût de la grève ?

400 millions d'euros de pertes en 20 jours : comment la SNCF calcule-t-elle le coût de la grève ?
Population

CALCULETTE – La SNCF a annoncé que chaque jour de grève coûtait à l'entreprise environ 20 millions d'euros. En grande partie à cause du manque à gagner dû à une billetterie en berne. LCI a analysé en détail les chiffres fournis par la compagnie ferroviaire.

Successeur de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF, Jean-Pierre Farandou connaît un début de mandat agité, avec la grève d'ampleur débutée le 5 décembre. Une mobilisation qui s'avère coûteuse pour l'entreprise : près de 20 millions d'euros par jour, soit 400 millions d'euros depuis le début du conflit. 

"Nos estimations de perte de 20 millions d’euros de recettes par jour sont de bons ordres de grandeur", a estimé le dirigeant de la SNCF dans les colonnes du Monde, sans donner plus de détails sur ce chiffre. "C'est une somme considérable", a-t-il estimé. 

Moins de trajets, donc moins de recettes

Comment la SNCF calcule-t-elle ce "coût de la grève" ? Contactée par LCI, l'entreprise explique que Jean-Pierre Farandou s'est basé sur des estimations réalisées lors de précédentes grèves, mais qui restent totalement d'actualité". Le calcul est donc simple : multiplier le nombre de jours de grève par 20 (millions d'euros), afin d'obtenir le coût total. 

Ces vingt millions perdus par jour ont été calculés à la suite des grèves "perlées", observées entre avril et juin 2018. La SNCF avait alors analysé ses pertes sur les 36 jours cumulés qu'a duré le conflit. À l'époque, la facture était de 930 millions d'euros, dont environ deux tiers (600 millions) étaient imputables à la baisse des recettes liée aux "activités voyageurs". Moins de billets vendus, moins de trajets effectués, etc.

Lire aussi

En 2018 toujours, la grève a engendré des pertes pour l'activité de fret : 60 millions d'euros. Auxquels s'ajoutaient 110 millions, conséquence d'une baisse des contributions habituellement versées par les régions et les autres autorités en charge des transports.  Les 160 millions restants sont liés à des mesures compensatoires prises par la SNCF pour ses usagers. Dans le détail : 120 millions pour des gestes commerciaux (envers les détenteurs de cartes de réduction par exemple ou pour les remboursement de Passe Navigo en Ile-de-France), et 60 millions pour la mise en place de bus de substitution. 

Retenues sur salaires et facture d'électricité allégée

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Il faut noter que les lourdes pertes enregistrées durant la grève par la SNCF sont légèrement atténuées par une série d'économies. Outre les retenues de salaires pour les grévistes (100 millions d'euros en 2018), l'entreprise réduit ses dépenses, en particulier sa facture d'électricité (à hauteur de 40 millions, toujours en 2018).

Si la SNCF considère que tabler sur une perte nette de 20 millions d'euros par jour de grève reste d'actualité, elle précise qu'il faudra attendre les bilans financiers annuels pour évaluer de manière plus précise l'impact du conflit social actuel sur ses finances. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent