800 000 emplois devraient être supprimés ces prochains mois, selon Bruno Le Maire

800 000 emplois devraient être supprimés ces prochains mois, selon Bruno Le Maire

CRISE – La crise économique sans précédent qui s’ouvre des suites de l'arrêt de l'économie entre mars et mai devrait entraîner la perte de 800 000 emplois en France dans les prochains mois, selon le ministre de l’Economie.

Après la crise sanitaire, vient la crise économique. Celle-ci devrait entraîner la suppression de 800.000 emplois ces prochains mois en France, a indiqué Bruno Le Maire mercredi 10 juin en commission des Finances à l’Assemblée nationale. "C’est à dire 2,8 % de l’emploi total", a poursuivi le ministre de l’Economie, auditionné aux côtés de Gérald Darmanin sur le troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020. Bruno Le Maire a qualifié la période qui vient de "choc considérable", alors que le gouvernement anticipe une récession de l’ordre de 11 %. 

Présenté ce mercredi matin en Conseil des ministres, le projet de loi de finances rectificative prévoit des mesures d’aides à l’emploi, telles que le dispositif de chômage partiel, de possibles baisses de cotisations pour les entreprises, ou le soutien prévu à la filière de l’apprentissage. "La prime à l’embauche d’un apprenti sera portée à 8 000 euros pour les jeunes majeurs et à 5 000 euros pour les mineurs, comme l’a annoncé Muriel Pénicaud", a déclaré Bruno Le Maire.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"Face à la brutalité de la crise, la France a apporté une réponse rapide, massive et efficace. Nous avons mis sur la table 460 milliards d'euros, soit 20% de notre richesse nationale pour protéger les entreprises et les salariés", a encore indiqué le ministre en commission. Mardi 9 juin, la Banque de France a estimé pour sa part que le taux de chômage grimperait à plus de 10% d'ici la fin 2020 et à plus de 11,5% à la mi-2021, un niveau "au-dessus des précédents historiques".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "On peut parler de saturation", reconnait Attal sur la situation hospitalière

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Sarkozy condamné : Marine Le Pen "ne souhaite pas que les magistrats fassent la primaire de la présidentielle"

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter