A bord du TGV bloqué 15 heures entre Nantes et Paris : "Zéro info, une honte. On est tous épuisés"

15 h pour faire Nantes-Paris : les naufragés d'un TGV racontent

GALÉRIENS - 750 passagers d’un TGV ont mis 15 heures pour relier Nantes à Paris, dans la nuit du 16 au 17 février, au lieu des deux heures de trajet habituelles. Ils racontent leur calvaire.

Jamais ils n'auraient cru vivre une telle galère lorsqu'ils sont montés  à bord du TGV 8876. Un trajet banal entre Nantes et Paris, deux heures de trajet au maximum. Alors que ce train devait arriver dimanche après-midi à 15h30 à Paris Montparnasse, il n'est finalement arrivé qu'en fin de nuit ce lundi matin après 15 heures d'un interminable trajet. En cause : la tempête Dennis. 

Lire aussi

"Zéro info, une honte. On est tous épuisés"

Les 750 passagers ont d'abord été bloqués en pleine voie entre les villages de Bretoncelles (Orne) et La Loupe (Eure-et-Loir) après la chute d’un arbre.   Sur le réseau social Twitter , les passagers s'interrogent, puis s'indignent. Adélaïde dénonce par exemple l'absence totale d'information. "Zéro info, une honte. On est tous épuisés." Un message acerbe envoyé quatre heures et demi après le début du blocage. Elle ne sait pas encore qu'elle restera encore de longues heures sans bouger. 

D'autres passagers reprochent l'absence de nourriture à bord et, d'après-eux, l'impossibilité d'utiliser les toilettes. "La plupart" des voyageurs ont été  "laissés sans eau ni nourriture", explique un autre galérien et il n'y avait "personne pour les informer de leur sort."

 Au bout d'une à deux heures, des personnes ont commencé à crier, confie l'un des passagers sur LCI. Mais globalement, tout le monde serait resté calme et serein. "Les gens ont pris leur mal en patience, ça c'est bien passé."

Les femmes et hommes de la SNCF ont été professionnels

Evidemment, lorsqu'on est passager, tout retard de son train ou long blocage à l'intérieur paraît insupportable. Mais la SNCF est la première victime des intempéries et ne peut prédire la chute des arbres, conséquence hier de la tempête Dennis.  

Bruno, voyageur serein, a tenu à féliciter le "professionnalisme" des équipes techniques de la SNCF qui sont intervenues de nuit et un dimanche pour permettre la libération de la voie obstruée par l'arbre et rétablir le fonctionnement de la caténaire endommagée. 

Vers 1 heure du matin, la SNCF a informé que les voyageurs du TGV 8876 allaient "emprunter une autre rame qui les transportera jusqu'au Mans (une arrivée prévue à 2h du matin). Delà, une rame TGV avitaillée de plateaux repas les acheminera jusqu'à leur terminus Paris Montparnasse." Les passagers sont arrivés à 5h30 à Paris. 

La SNCF a annoncé qu'ils seront tous remboursés à hauteur de 200% du prix du billet. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter