A Paris, les verbalisations de deux-roues motorisés ont augmenté de 170%

Population

TRANSPORTS - Les verbalisations pour stationnement gênant visant les scooters et les motos ont augmenté de 170% dans la capitale. Elles avaient déjà augmenté l'an passé, selon le JDD de ce 15 septembre. La municipalité assume vouloir "remettre un peu d'ordre".

Les conducteurs de deux-roues motorisés dans le viseur des pervenches à Paris. Si le stationnement reste gratuit pour cette catégorie d'usagers dans la capitale, le stationnement jugé gênant est de plus en plus contrôlé, et puni.

Selon les chiffres dévoilés par le JDD, la mairie de Paris a comptabilisé pas moins de 233.000 verbalisations pour stationnement gênant entre le 1er janvier et le 21 août 2019, contre 86.000 verbalisations sur la même période, l'année dernière. Cela représente une hausse de 170%... Sachant que, en 2018, 115.000 verbalisations avaient été dressées sur l'ensemble de l'année, et que cela représentait déjà une hausse de 48,4% par rapport à 2017. 

Lire aussi

"Remettre un peu d'ordre"

En outre, selon les chiffres fournis au JDD, plus de 39.000 PV ont été dressés entre le 1er janvier et le 31 août pour d'autres infractions, comme la circulation dans les couloirs de bus et les pistes cyclables. "Nous nous devions de remettre un peu d'ordre", a expliqué le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, à l'hebdomadaire. "Et nous ne faisons qu'appliquer la loi."

Si le stationnement - sur des places autorisées - reste pour l'heure gratuit dans la capitale pour les motos et les scooters, le sujet pourrait bien d'inviter lors des élections municipales. La maire du 9e arrondissement, Delphine Bürkli, a ainsi plaidé pour le paiement d'une redevance au stationnement pour ces utilisateurs de la voie publique, de même que les élus écologistes. La Ville a elle-même mené une étude sur la question. Parmi les scénarios envisagés, l'idée de faire payer 1 à 1,50 euro par tranche de 15 minutes dans la périphérie et le centre de la capitale, et d'obliger les résidents à prendre une carte (45 euros par an, 90 euros pour trois ans, sans compter le paiement hebdomadaire) comme c'est déjà le cas pour les automobilistes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter