Confinement : non, le préfet de police de Marseille n'autorise pas les rassemblements durant le ramadan

La date du ramadan est déterminée par le calendrier lunaire
Population

CONFINEMENT - Les règles du confinement assouplies à Marseille pour permettre les rassemblements de rupture du jeûne du ramadan ? Une fausse information partagée sur les réseaux sociaux. La préfecture confirme à LCI que les règles sont les mêmes pour tous.

Confinée à la maison en raison de l'épidémie de coronavirus, la communauté musulmane s'apprête à vivre un ramadan inédit. Mais d'après de nombreuses publications partagées sur les réseaux sociaux, le préfet de police des Bouches-du-Rhône autoriserait les rassemblements dans le cadre des festivités du ramadan à Marseille. Une affirmation fausse qui se base sur des propos détournés du préfet extrait d'une interview parue dans le magazine Le Point. Explications.  

Des propos détournés

Une publication du site "Résistance Républicaine" titrait un article, le 20 avril, "A Marseille, le préfet Emmanuel Barbe autorise les musulmans à fêter le ramadan entre voisins". Il y est expliqué que les musulmans marseillais pourraient se réunir malgré la période de confinement, avec l'aval du préfet de police. 

L'article se base sur un article du Point paru le 18 avril, "Comment le ramadan va-t-il s'articuler avec le confinement ?"Le journaliste Aziz Zemouri évoque la situation de plusieurs villes françaises, dont Marseille. Il évoque l'implication du préfet de police des Bouches-du-Rhône, Emmanuel Barbe, pour que le mois de ramadan se déroule dans le respect des mesures de confinement. Ce dernier déclare : "Certes, nous ne pourrons pas éviter que les gens se rendent visite les uns les autres dans une même barre d'immeubles. Mais, là, il s'agit d'une question de responsabilité individuelle. Il me semble que la période du ramadan permet encore plus que d'habitude de veiller les uns sur les autres. En revanche, les soirées festives 'hors les murs', comme il y en a tous les ans à cette période, seront interdites." 

"Le préfet énonçait une évidence"

Le journaliste Aziz Zemouri avoue être le premier étonné du détournement des propos de son article. "J'ai interviewé Emmanuel Barbe au téléphone et il n'a jamais parlé de règles plus souples qui seraient instaurées dans les Bouches-du-Rhône, confie le journaliste à LCI. Le préfet énonçait une évidence : oui, lors de la rupture du jeûne, des personnes seront tentées de se retrouver entre voisins. Cela reste interdit pendant le confinement. Il ne s'agit pas de consignes spéciales ou de directives transmises à ses services de police." 

Lire aussi

Dès le 11 avril, Emmanuel Barbe a accordé une interview à une station locale marseillais Radio Gazelle. LCI a pu se procurer l'enregistrement auprès de l'animateur et imam Abderrahmane Ghoul. Le préfet de police précise s'être entretenu à plusieurs reprises avec des représentants du Conseil français du culte musulman et ses propos sont là aussi sans ambiguïté. "Il faudra que la rupture du jeûne ait lieu dans le strict cercle familial. Cela complique un peu le ramadan [...] Je sais que ce sera difficile parce que la religion, c’est relier les gens entre eux."  

Il pense d’ailleurs que le respect des règles du confinement est compatible avec l’exemplarité demandée aux musulmans durant la période particulière du ramadan. Une vision confirmée par l’imam Abderrahmane Ghoul. 

La préfecture dénonce une fausse interprétation

Contactée par LCI, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône estime que l'interview d'Emmanuel Barbe fait l'objet d'une mauvaise interprétation. "Les propos du préfet de police rapportés par Le Point ne sont en rien une invitation à célébrer l'iftar [rupture du jeûne, ndlr] entre voisins, contrairement à ce qu'on peut lire sur les réseaux sociaux." 

Il n'y a donc aucun assouplissement des règles à Marseille durant le ramadan. "Emmanuel Barbe a encore rappelé hier dans un tweet que les mesures du confinement doivent continuer à être pleinement respectées par tous", martèle la préfecture. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent