Alcool, tabac, cannabis et jeux en ligne : les habitudes addictives des Français pendant le confinement

Alcool, tabac, cannabis et jeux en ligne : les habitudes addictives des Français pendant le confinement

BILAN - Dans le dernier numéro de sa revue, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) fait un état des lieux des addictions en France au temps du confinement. L'organisme relève notamment une hausse significative de la consommation de cannabis et la pratique des jeux en ligne pendant le confinement.

Le confinement n'a pas freiné les additions des Français. C'est ce que révèle l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), qui consacre un numéro de sa revue Tendances à l'impact du confinement, entre le 17 mars et le 11 mai, sur les conduites addictives. Dans sa publication, l'organisme public dresse un premier bilan des effets de la crise sanitaire sur la consommation des trois principaux produits psychoactifs (alcool, tabac et cannabis), ainsi que les jeux d'argent et de hasard (JAH).

En matière d'alcool, les volumes disponibles à la vente ont été de 10% inférieurs au premier semestre par rapport à l'année précédente. La baisse a été plus marquée pour les vins et les bières (-11 % pour chaque catégorie) que pour les spiritueux (-7,5 %). D'après les données fournies par Santé publique France (SpF), un quart des buveurs ont déclaré avoir diminué leur consommation pendant le confinement. Deux tiers ont eux gardé "une consommation similaire à leurs habitudes". En revanche, malgré les interdictions de sortie et de sociabilité, "un usager sur dix environ aurait bu davantage", relève l'ODFT dans sa revue Tendances. Parmi les arguments avancés pour justifier cette consommation : l'ennui, le stress, l'anxiété et le plaisir.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Lire aussi

Pour le tabac, les Français se sont approvisionnés davantage dans l'Hexagone, en raison principalement de la fermeture des frontières avec les pays voisins. "Ce transfert des achats vers les bureaux de tabac du territoire représente environ un quart des ventes au total", écrit l'ODFT. En termes de comportements, la majorité des fumeurs ont maintenu un usage stable (55%), près d'un fumeur sur cinq aurait moins fumé pendant le confinement, selon l'enquête de Santé publique France. Toutefois, malgré un recul du tabagisme en France, un quart des fumeurs auraient, eux, augmenté leur consommation sur la même période.

L'usage quotidien de cannabis en hausse de 11 points

S'agissant du cannabis, l'évolution est plus contrastée selon les usages. Selon l'enquête "Cannabis online", pour laquelle plus de 7000 personnes ont été consultées entre le 10 juillet et le 7 août, parmi les usagers déclarant avoir consommé au moins une fois au cours des douze derniers mois, plus d'un sondé sur quatre (27%) dit avoir augmenté sa consommation. Un quart l'a maintenue au même niveau. À l'inverse, 28% indiquent ne pas avoir consommé, 16% avoir diminué et 4%, avoir interrompu cet usage. Toutefois, certains usagers ont intensifié leurs habitudes de consommation : un quart des consommateurs dits hebdomadaires (27%) et près d'un usager mensuel sur dix (8 %) sont passés à un usage quotidien pendant le confinement. "Au total, la part des usagers quotidiens a progressé de 11 points, passant de 20% à 31%", poursuit l'Observatoire.

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Cannabis, l'amende passe à 200 euros

En dépit des restrictions de déplacement et de réunion, "les personnes ayant répondu à l'enquête ne semblent pas avoir rencontré de difficulté majeure pour accéder au produit", assure l'organisme qui, chiffres à l'appui, affirme que 67% des usagers en ont acheté durant le confinement (contre 78% en temps ordinaire). En France, le cannabis est d'ailleurs le premier produit illicite consommé. Les estimations les plus récentes évaluent à 5 millions le nombre de consommateurs dans l'année, "dont 900.000 usagers quotidiens", rappelle l'OFDT. 

Dernier volet : la pratique des jeux d'argent et de hasard (JAH). Malgré un recul du jeu en ligne, résultant de l'interruption des paris sportifs, le confinement "a contribué à l'essor très important du poker en ligne", selon l'Observatoire. Plus de 500.000 joueurs actifs par semaine en moyenne ont été recensés au deuxième semestre. Ils n'étaient que 264.000 en 2019. L'OFDT, qui note une intensification de la pratique de jeu et des dépenses moyennes en hausse (134 euros contre 99 euros l'an passé), alerte sur la "forte progression de l'activité des jeunes joueurs" sur le segment du poker (+74% chez les 18-24 ans, +73% parmi les 25-34 ans), "ce qui soulève la question de la protection des jeunes" pour éviter de tomber dans la spirale de l'addiction au jeu.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : une proposition de loi déposée pour rendre obligatoire l'isolement des malades

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Lire et commenter