Amazon : l'implantation d'un entrepôt géant près du Pont du Gard provoque une levée de boucliers

Amazon : l'implantation d'un entrepôt géant près du Pont du Gard provoque une levée de boucliers
Population

POLEMIQUE - La fronde contre le projet d'implantation d'Amazon à Fournès, dans le Gard, s'amplifie. Riverains et habitants s'y opposent tandis que le maire de la commune et les élus du secteur mettent en avant des retombées fiscales importantes et près de 200 créations d'emploi.

"Scandale" pour les uns, "jackpot économique" pour les autres : le projet d'implantation d'un énorme centre de tri Amazon où tourneront plus de 500 camions par jour à environ 9 km du Pont du Gard, joyau du patrimoine mondial, divise profondément élus et habitants de cette région touristique. Au cœur des critiques, les pratiques de la multinationale -fréquemment accusée par ses opposants d'évasion fiscale, de spéculation foncière ou de fragiliser les commerces locaux et de favoriser des emplois précaires - mais aussi l'impact environnemental du projet :  destruction de biodiversité, pollution de l'air, sonore et visuelle. 

C'est le long de l'autoroute A9 que le promoteur -la société Argan- a obtenu fin 2019 le permis de construire de la mairie de Fournès (1.100 habitants) puis l'autorisation environnementale du préfet du Gard pour bâtir un entrepôt de 38.000 m2 sur 14 hectares. Une pétition en ligne pour s’opposer à son implantation a déjà recueilli plus de 25.000 signatures. Le mois dernier, une quinzaine de militants d’Attac France avaient déployé sur le Pont du Gard deux banderoles en lettres rouges et vertes sur fond blanc "Non à Amazon", "Ni ici, ni ailleurs".

Avec d'autres citoyens, Patrick Fertil, de l'association pour le développement de l'emploi dans le respect de l'environnement (ADERE), a déposé des recours qui bloquent aujourd'hui les travaux. Pour lui, ce projet n'a pas sa place ici : "Cet entrepôt est incontestablement une verrue, on le verra de partout, de tous les villages qui sont aux alentours."

Lire aussi

A la clé, entre 150 et 200 emplois

Du côté des partisans, notamment à la préfecture, à la mairie de Fournès ou encore à la Communauté de 17 communes du Pont du Gard, on met en avant les 150 à 200 emplois créés et les recettes fiscales qui pourront être engrangées par une intercommunalité qui a perdu la manne de la centrale thermique EDF d'Aramon, fermée en 2016. Amazon insiste de son côté sur son plan général qui prévoit une "intégration harmonieuse dans les territoires", "en prenant soin de préserver l'environnement". La société de Jeff Bezos  souligne aussi être à l'origine de plus de 30.000 emplois directs et indirects en France. 

"On a entre 12 et 14% de chômage, nous avons des responsabilités par rapport à l'emploi. Le problème, c'est que les entreprises ne se précipitent pas au portillon sur notre territoire. Donc, c'est parfois des choix d'opportunités, certes" indique le maire de Fournès, Thierry Boudinaud.

Autant d'arguments qui sont donc loin de convaincre des opposants remontés. Onze recours ont déjà été déposés devant le tribunal administratif de Nîmes pour s’opposer au permis de construire. Une plainte au pénal est également déposée concernant de possibles conflits d’intérêt sur les ventes de terrains au promoteur Argan, qualifié de "cheval de Troie d'Amazon" ou de "bétonneur XXL" par les opposants. Pour le moment, les travaux, prévus pour un an jusqu'à initialement mi-2021, sont interrompus depuis la fin des fouilles archéologiques -où rien n'a été découvert. Ils ne pourront reprendre qu’une fois l’ensemble des recours traité par la justice administrative. En 2017, un projet de villages de marques avait déjà été retoqué sur le même site.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent