Une femelle alpaga mutilée à mort dans le Lot-et-Garonne

Une femelle alpaga mutilée à mort dans le Lot-et-Garonne
Population

BARBARIE - Une femelle lama alpaga vient d'être retrouvée morte à Pinel-Hauterive (Lot-et-Garonne). L'animal avait l'oreille sectionnée et une joue coupée. Une enquête a été ouverte après ce nouvel acte atroce commis envers un animal domestique.

L'horreur est une fois encore dans le pré. La femelle alpaga a été découverte le 4 septembre par son propriétaire, dans son champ où vit un autre alpaga, à Pinel-Hauterive, un village de 500 habitants situé à 40 kilomètres au nord d'Agen (Lot-et-Garonne). Un nouveau cas qui s'ajoute à la liste des actes similaires à l'encontre d'équidés commis dans plusieurs départements français ces derniers mois. 

Lire aussi

"C'était tranché net"

Sous le choc, le propriétaire de l'alpaga a déposé plainte auprès de la gendarmerie. Cette dernière a précisé qu'elle devait procéder dans l'après-midi à des vérifications techniques avec l'aide de services vétérinaires. Une autopsie devra notamment déterminer si l'animal a été endormi ou empoisonné avant de subir les sévices. "C'était tranché net, comme si cela avait été fait par une lame", confie le propriétaire à La Dépêche. "Il n'y avait pas d'autres marques sur le corps. Cela ne pouvait donc pas être un animal qui l'avait attaqué". 

De source proche de l'enquête, aucun lien n'est encore établi avec la série de mutilations d'équidés dans une vingtaine de départements ces derniers mois. 

Rien que cette semaine, deux nouveaux cas de chevaux mutilés ont été découverts en France, l’un à Val-Revermont (Ain) et l’autre Arnac-la-Poste (Haute-Vienne). A chaque fois, les malfaiteurs ne laissent derrière eux aucun indice et leurs motivations ne sont toujours pas déterminées tant les modes opératoires et les lieux des attaques sont différents.

En vidéo

Cruard Reporter : Chevaux mutilés, enquête sur une hécatombe

Les élevages d'alpagas, cousin du lama et originaire comme lui d'Amérique du Sud, prisé pour sa laine, ne sont pas rares dans le Sud-Ouest, notamment en Lot-et-Garonne. Originaire de la cordillère des Andes, cet animal peut vivre vingt ans. "Il est un excellent animal d’agrément pour l’entretien de terrains, un compagnon agréable de loisir et de balade", détaille Association française lamas et alpagas

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent