Après l'affaire de la "Ligue du LOL", deux journalistes licenciés aux Inrockuptibles

Population

LIGUE DU LOL - Deux journalistes des "Inrocks", respectivement rédacteur en chef et rédacteur en chef adjoint, ont été notifiés de leur licenciement pour faute grave, fin février. Une enquête de Mediapart, dans la foulée des révélations sur la Ligue du LOL, avait levé le voile sur de nombreux dysfonctionnements internes.

Ils étaient mis à pied, ils sont désormais licenciés pour "faute grave". David Doucet, rédacteur en chef des Inrockuptibles ainsi que F. D, son adjoint, ont été prévenus de leur licenciement cette semaine, dans le sillage de l'affaire de la Ligue du Lol, d'après une information de Libération, confirmée à France Info par une source proche de la direction. D'après nos informations, la nouvelle n'a toutefois pas été annoncée de manière officielle aux équipes de l'hebdomadaire.

Libération indique que la direction avance plusieurs arguments pour justifier ces licenciements : "L'impact négatif sur 'l'image' du journal d'une part et sur la 'crédibilité journalistique' des intéressés au sein de la rédaction d'autre part." Elle reproche aussi à David Doucet et F.D des "comportements non-professionnels dans l'exercice de leur fonction hiérarchique". 

Lire aussi

Excuses

Dans la foulée des révélations de Checknews, le 8 février dernier, des agissements de la Ligue du LOL - à savoir des faits de harcèlement sexiste orchestrés par plusieurs journalistes et communicants parisiens - une enquête de Mediapart a dévoilé de très nombreux dysfonctionnements internes à la rédactions des "Inrocks". David Doucet, qui a fait partie de la Ligue du LOL pendant deux ans, était alors particulièrement épinglé.

Le 10 février dernier, le désormais ex-rédacteur en chef publiait un texte d'excuses. "Cette libération de la parole m'a surtout fait prendre conscience que je comptais parmi les bourreaux. Durant cette période, j'ai en effet réalisé deux canulars téléphoniques dont celui raconté courageusement par Florence Porcel où je me faisais passer pour un recruteur de la télé. Je mesure aujourd'hui la dégueulasserie de ces actes et je n'ai pas d'excuses pour cela. Je suis désolé", écrivait-il alors. 

Pour l'heure, d'autres journalistes de différents médias ont été mis à pied suite à l'affaire de la Ligue du LOL, notamment à Libération. A Slate et à Télérama, en revanche, deux membres de cette ligue ont pu conserver leur poste. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter