Après les intempéries meurtrières, lueur d'espoir dans la vallée de la Roya

Après les intempéries meurtrières, lueur d'espoir dans la vallée de la Roya

RETOUR À LA VIE NORMALE - Au cœur de la haute vallée de la Roya, défigurée par les inondations il y a un mois et demi, une première route va enfin s'ouvrir lundi pour relier les habitants avec le reste du monde. Un nouveau souffle après la catastrophe.

Un mois et demi après le passage de tempête Alex, l'accès vers Tende sera rétabli lundi matin. Il aura fallu un chantier titanesque dans des gorges étroites, mené au pas de charge, pour désenclaver au plus vite la haute vallée de la Roya et ses habitants. Dans le lit de la rivière est apparu une piste provisoire, où les ponts ont cédé, en contre-bas de l'ancienne route détruite par la crue de la Roya le 3 octobre.

En tout, on dénombre 33 brèches sur une étendue de 5 kilomètres. La reconstruction se fait "pas à pas", indique Nicolas Portmann, de la direction des routes du département des Alpes-Maritimes. La circulation rétablie s'effectue au rythme de deux convois par jour, le matin et le soir. Dans les communes voisines, l'économie repart progressivement et un regain d'espoir naît chez les commerçants.

Toute l'info sur

Tempête Alex : la désolation dans les Alpes-Maritimes

Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : recherches, bilan... les dernières infos

Lire aussi

C'est surtout un soulagement pour les habitants, isolés depuis maintenant sept semaines. De nombreux maires, comme celui de Tende, Jean-Pierre Vassallo, se battent depuis la catastrophe pour que leurs villages ne soient pas oubliés.

Provoquées par le passage de la tempête Alex, les crues de début  octobre ont littéralement dévasté certaines parties des vallées de la Vésubie et de la Roya, dans l'arrière-pays niçois. Les autorités estiment à au moins un milliard d'euros les travaux colossaux de reconstruction des routes, de ponts, des réseaux d'eau et d'électricité. 

Neuf personnes portées disparues

Les intempéries de la vallée de la Roya avaient plus particulièrement ému en raison de la mort d'un couple de nonagénaires. Anne-Marie et Louis Sabatini avaient préféré rester dans leur maison du quartier de Piene-Basse à Breil-sur-Roya, le soir du 2 octobre, alors que de fortes pluies s'abattaient sur la région, et ce malgré les recommandations des services municipaux. 

Le bilan humain s’élève à 9 morts mais demeure provisoire. Il reste neuf personnes toujours portées disparues, selon le parquet de Nice.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 500.000 participants à travers la France, selon les organisateurs

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter