Arnaque aux faux billets : les conseils de la gendarmerie nationale pour les reconnaître

Arnaque aux faux billets : les conseils de la gendarmerie nationale pour les reconnaître

FAUSSARIAT - Face à la recrudescence de faux billets, la gendarmerie nationale rappelle aux commerçant les bons comportements à adopter en cas de paiement avec de l'argent liquide.

Gare aux mauvais films. Sur son compte Twitter, la gendarmerie nationale alerte sur la circulation de faux billets en France. Des fausses coupures de 5, 10, 20 et 50 euros, destinés au cinéma mais facilement achetables en ligne, qui circulent partout sur le territoire.

Un fléau pour les commerçants.  Afin de prévenir toute future arnaque, les gendarmes ont tweeté une photo décryptant un faux billet. Il existe au total huit différences entres les vrais et les faux billets. Mais toutes ne sautent pas aux yeux. Sur les faux billets se trouve la mention "This is not legal. It is to be used for money props" ("C'est un billet illégal. Il doit être utilisé comme accessoire"). Le numéro de série figurant au dos du billet comporte moins de 12 chiffres et est bien souvent le même (MB66688880). À cela s'ajoute l'absence de craquant à la manipulation, le relief au toucher ou encore d'hologramme. 

En cas de doute du commerçant, il peut se procurer un stylo chimique capable de détecter rapidement les faux des vrais billets ou bien appeler tout simplement le 17. Pour rappel la fabrication, la vente ou la distribution de faux billets présentant une ressemblance avec de vrais billets de nature à faciliter leur acceptation est passible d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : le début de la vaccination avec Johnson & Johnson reporté en France

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

"Rouvrir les terrasses n'est pas un problème", assure Gérald Kierzek

Lire et commenter