Samuel Paty, cible d'une "fatwa" selon Darmanin : de quoi s'agit-il ?

Samuel Paty, cible d'une "fatwa" selon Darmanin : de quoi s'agit-il ?

EXPLICATIONS - Gérald Darmanin a évoqué, ce lundi, le fait qu'une "fatwa" avait "manifestement été lancée" contre Samuel Paty, cet enseignant, décapité à Conflans-Sainte-Honorine, ce vendredi 16 octobre. Mais qu'est-ce qu'une fatwa dans la religion islamique ?

"Ils ont manifestement lancé une fatwa contre le professeur", a déclaré, ce lundi 19 octobre, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur sur Europe 1, en évoquant le père de famille qui avait publié une vidéo appelant à se mobiliser contre Samuel Petit, et Abdelhakim Sefrioui, ce militant islamiste bien connu des services de renseignement. 

Ces deux personnes partie des onze gardés à vue, entendus dans le cadre de l'enquête sur l'attentat perpétré par un Russe d'origine tchétchène de 18 ans à quelques mètres du collège du Bois d'Aulne, à Conflans-Saint-Honorine.  

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

Devant le collège du Bois d'Aulne, Hassen Chalghoumi, imam de Drancy s'est aligné sur les déclarations de Gérald Darmanin. "Oui, c'est une fatwa, il faut que notre appareil judiciaire, comprenne que la Fatwa n'est pas seulement une menace de mort mais un discours de haine, de propagande islamiste, ils savent très bien jouer avec nos lois", a lancé, très ému le Président de la conférence des imams de France.

La fatwa concerne le droit canonique musulman

La fatwa est une "consultation juridique donnée par une autorité religieuse à propos d'un cas douteux ou d'une question nouvelle ; décision ou décret qui en résultent", explique le Larousse. En d'autres termes, il s'agit d'une décision ou d'un avis, émis sur un point spécifique de la loi islamique. "Une fatwa sert au juge à se forger une opinion éclairée et à trancher l'affaire qui lui a été présentée", indique de son côté l'Encyclopedia Universalis. 

Une fatwa est généralement émise par un "mufti", un interprète officiel du droit canonique musulman qui est habilité à rendre des décrets sur cette dite-loi. Elle n'est que très rarement synonyme de "mort", en témoigne la récente fatwa émise, au sujet "les actes rituels funéraires des victimes du coronavirus Covid-19" ou bien celle concernant la prière du vendredi.

Charb', Kamel Daoud, Salman Rushdie ...

Si les fatwas concernent, la majorité du temps, un avis sur un point de la loi islamique, il arrive qu'elles soient aussi une sentence de mort, pour certaines personnes. L'une des plus célèbres concerne l'écrivain Salman Rushdie, l'écrivain britannique d'origine indienne auteur du livre, "Versets sataniques". En février 1989, l'ayatollah Khomeyni, guide suprême de la révolution islamique iranienne a lancé une fatwa contre Rushdie, enjoignant les musulmans de tuer l'auteur des "Versets Sataniques", jugés blasphématoires contre l'islam.

Lire aussi

Autres personnes ciblées par certaines fatwas, l'écrivain Kamel Daoud. Ce journaliste et romancier algérien, auteur de "Meursault, contre-enquête", est menacé de mort par un salafiste algérien qui l'accuse d'"hérésie". Charb', dessinateur de Charlie Hebdo, mort dans les attentats de janvier 2015, avait lui aussi, été la cible d'un fatwa . 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter