Barbara Pompili annonce la "fin progressive" des animaux sauvages dans les cirques itinérants

La présence des bêtes sauvages dans les cirques va progressivement être interdite. Le gouvernement souhaite réorienter la profession vers les arts du cirque.
Population

PROGRES - La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé ce mardi la "fin progressive" de la présence d'animaux sauvages dans les cirques itinérants.

Clap de fin pour les numéros de domptage de tigres ou de dauphins. Lors d'une conférence de presse ce mardi matin, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé la fin progressive de la présence d’animaux sauvages dans les cirques ainsi que dans les delphinariums. "Il n’est plus responsable de transporter des hippopotames ou des fauves de communes en communes", a-t-elle déclaré, insistant sur le fait que cette décision "n’est en rien une remise en cause de l’existence des cirques". Des programmes d'accompagnement pour l'évolution de ces derniers, ainsi que de formation pour les employés de cirques qui souhaiteraient se reconvertir, seront mis en place. En tout, 8 millions d'euros seront mis sur la table pour la reconversion des cirques ambulants et des personnels des trois delphinariums du pays.

Lire aussi

Près de 500 fauves en France

Une vingtaine de pays européens ont déjà limité ou interdit la présentation d'animaux dans les cirques, comme près d'une centaine de communes en France. Pour évoquer ce sujet, Barbara Pompili avait reçu la semaine dernière des représentants de secteurs concernés pour des concertations. "Nous avons peur pour nos animaux, nous lui (Barbara Pompili) avons dit qu'ils allaient mourir," avait alors affirmé à l'AFP William Kerwich, président du syndicat des capacitaires d'animaux de cirque et de spectacle. "Il y a presque 500 fauves en France, qu'est-ce qu'on va en faire? Qui va s'en occuper? Nous, nous avons les diplômes pour".

Une préoccupation du bien-être animal grandissante au sein de la société

En mai dernier, le "parti animaliste" a recueilli près d'un demi-million de voix aux Européennes de mai 2019. Une pétition pour un "référendum pour les animaux", demandant l'interdiction des spectacles d'animaux sauvages, de la chasse à courre ou de l'élevage pour la fourrure, elle, a été signée par plus de 750.000 internautes et obtenu le soutien de 141 parlementaires. Plusieurs propositions de loi ont par ailleurs été déposées sur le sujet de la cause animale, dont une du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS) qui doit être examinée début octobre à l'Assemblée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

"Des femmes qui n'aiment pas les hommes" : les propos de Maïwenn sur les féministes ne passent pas

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent