Beaucoup moins de noyades depuis le début de l'été

Le risque de noyade est très élevé pendant la période estivale. Les personnes âgées et les enfants de moins de cinq ans sont les plus exposés. Apprendre à nager est le meilleur conseil à vous donner.
Population

ACCIDENT - Depuis le début de l’été, 320 passages aux urgences ont été enregistrés pour cause de noyade, rapporte Santé Publique France. C’est moins que les années précédentes et cela s'explique.

C'est une bonne nouvelle mais, peut-être en demi-teinte. Le nombre de noyades a baissé depuis le début de l’été, annonce Santé Publique France dans un bilan publié ce mardi 21 juillet. Entre le 1er juin et le 14 juillet, 320 passages aux urgences pour cause de noyade ont été enregistrés par le réseau de surveillance OSCOUR, soit 26 % de moins qu’en 2019 (437 passages) et en 2018 (433 passages). La période ayant enregistré le plus de passages aux urgences est le premier week-end de juillet. Les noyades sont plus fréquentes en Provence-Alpes-Côte d’Azur (99 recensées) qu'en Normandie où deux cas sont recensés. 

Lire aussi

Une baisse qui s'explique

Toute l'info sur

Vacances d'été : l'ombre du coronavirus

Cette baisse trouve plusieurs raisons. D’abord, le confinement n’y est pas pour rien puisque les piscines, publiques ou privées, n’ont rouvert que le 22 juin et que "les conditions restrictives d’accès de certaines plages ont réduit les baignades et donc le risque de noyade". Ensuite, le tourisme étranger a été moins important les deux premières semaines de juillet, et ce malgré la réouverture des frontières en Europe et avec de nombreux pays non-européens. Moins de fréquentation touristique, moins de baignades et donc moins d'accidents. Puis, il a fait globalement moins beau et moins chaud sur cette période par rapport aux deux années précédentes et les week-ends prolongés, "période plus propice à la baignade", ont été aussi moins nombreux, relève Santé Publique France. 

Face aux risques de noyades, SPF prodigue des conseils : l’apprentissage de la natation surtout, alors que près d’un Français sur six déclarait en 2016 ne pas savoir nager, mais aussi la surveillance des enfants, l’adoption des bons comportements et le respect des consignes de sécurité.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent