Bormes-les-Mimosas : un loup "au comportement agressif" abattu près du centre-ville

Population

PRÉVENTION - Une patrouille de gendarmerie a été contrainte d'abattre ce jeudi un canidé sauvage qui s'était introduit dans un camping de la station balnéaire du Var avant de se diriger vers un lotissement.

Il avait été aperçu par une personne effectuant des travaux dans un camping. Un loup "au comportement agressif" qui rôdait près du centre-ville de Bormes-les-Mimosas, dans le Var, a été abattu jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

L'attitude menaçante de l'animal avait conduit ce témoin à prendre la fuite, pour se réfugier dans son véhicule depuis lequel il a contacté la gendarmerie, explique celui qui avait cru dans un premier avoir affaire à un chien. "En m’approchant, j’ai constaté qu'en réalité c'était un loup. D’un coup, il s’est mis à charger et a voulu m’attaquer", a-t-il encore détaillé auprès de Nice-Matin.

"La patrouille dépêchée sur place et partie à la recherche de l'animal a également constaté son comportement agressif". Les deux premiers tirs alors réalisés n'ont pas permis de toucher l'animal", précise la préfecture. Celui-ci s'est alors dirigé vers le centre-ville et à proximité d'un lotissement où il a été abattu vers 10 heures par deux nouveaux tirs. 

Lire aussi

"Première fois qu'un loup se montre si menaçant"

"C’est la première fois qu’un loup s’approche autant des centres-villes et se montre si menaçant", a commenté auprès du quotidien régional le major présent sur place. "L'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a été immédiatement informé", et a pris en charge l'animal ajoute la même source.

Jadis présent partout en France avant d'être éradiqué, le loup est revenu naturellement au début des années 1990, par l'Italie. Selon l'ONCFS, il est probable que l'effectif en sortie d'hiver 2018/2019 dépasse les 500 loups, contre environ 430 à la fin de l'hiver précédent. Dans le secteur de Bormes-les-Mimosas, cela faisait plusieurs semaines que des bergers et exploitants constataient des attaques répétées sur leurs troupeaux. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter