Forte détonation entendue en Île-de-France : un Rafale en "mission d'intervention" a franchi le mur du son

Forte détonation entendue en Île-de-France : un Rafale en "mission d'intervention" a franchi le mur du son
Population

DÉTONATION - Une violente détonation a retenti peu avant midi, et a été entendu dans tout Paris et une partie de l'Île de France. La place Beauvau a vite rassuré les habitants inquiets : il s'agissait d'un avion de chasse qui a passé le mur du son.

Un gros "boum" heureusement sans conséquence. Peu avant midi, une forte explosion a été entendue dans tout Paris et la une partie de l'Île-de-France. La très forte détonation provenait en fait d'un avion de chasse qui venait de passer le mur du son, a expliqué à LCI le ministère de l'Intérieur. Une information également confirmée par la Préfecture de police de Paris, qui a demandé sur Twitter aux habitants de ne pas encombrer les lignes téléphoniques réservées aux secours. 

On sait désormais très précisément ce qu'il s'est passé : "Un Rafale de la permanence opérationnelle de Saint-Dizier en intervention réelle pour porter assistance à un aéronef en perte de contact a été autorisé à passer le mur du son pour rejoindre l'appareil en difficulté, a expliqué un porte-parole de l'Armée de l'air. Il a passé le mur du son à l'est de Paris". L'avion a été autorisé à franchir le mur du son "dans le cadre d'une mission d'interception", a précisé Florence Parly, ministre des Armées, à nos journalistes présents avec elle à Riga. 

L'avion de tourisme qui a suscité cette mission d'intervention est un Embraer qui appartient à une compagnie slovène. Il avait perdu le contact radio alors qu'il effectuait un vol entre Brives et Saint-Brieux. Lorsqu'il a perdu le contrôle radio, il se trouvait précisément au sud-ouest de la région parisienne.  

Lire aussi

Le mur du son franchi au dessus de Créteil

Le compte Twitter du commandement de la Défense aérienne et des opérations aériennes de l'Armée de l'air et de l'espace donne quelques détails supplémentaires : "Ce matin, un Rafale de la Police du Ciel est intervenu pour une perte de contact radio d'un aéronef", parti de Brive selon France Bleu, "en direction de Saint-Brieuc". Pour rejoindre rapidement l’appareil, il a été autorisé à passer en supersonique en haute altitude à 11h52 vers Créteil", peut-on lire. "Le contact radio a été rétabli avec l'avion civil et la situation est redevenue normale". "Quelques secondes après le passage supersonique du Rafale, à plus de 10km d'altitude en région parisienne, l'avion de ligne de type Embraer 145 a repris contact avec le contrôle aérien civil", précise le ministère des armées.

Le passage du mur du son est rarissime- Le Général Pellistrandi

Sur LCI, le Général Pellistrandi explique que ce passage du mur du son est aussi le signe que la France est en mesure d'intervenir pour assister un aéronef :"Le passage du mur du son est rarissime mais les avions de la permanence opérationnelle interviennent auprès des avions en difficulté pour leur permettre de trouver un aéroport. L'avion a décollé sur ordre pour apporter assistance à cet aéronef (...)"

"Ces procédures sont extrêmement rodées, détaille le militaire. Le ciel de France est surveillé en permanence et dès que quelque chose est inquiétant, on fait décoller ces appareils qui partent identifier, aider et intervenir avec une chaîne de commandement très précise". Xavier Tytelman, expert en aéronautique, indique de son côté que cette permanence opérationnelle décolle en huit minutes et pour des motifs d'"urgence vitale : un avion perdu, une radio qui ne fonctionne plus, une attaque terroriste, une survol de centrale nucléaire (...)"

A Roland-Garros, les joueurs se figent

Le bruit de détonation a été entendu dans une bonne partie de l'Île de France, jusqu'aux travées de Roland-Garros où se déroulait le match opposant Stanislas Wawrinka et Dominik Kopfer.  

En plein tournage, des acteurs ont aussi entendu le bruit. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : "L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté"

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent