"C'était violent" : le récit des témoins de l'attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo

"C'était violent" : le récit des témoins de l'attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo
Population

TERREUR - C'est une attaque lourde de symboles qui a réveillé de vieux cauchemars. Ce vendredi matin, un homme a agressé à l'arme blanche deux personnes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Deux blessés dont la vie ne serait pas en danger. Les riverains témoignent.

Au même endroit, plus de cinq ans après... 11h30 ce vendredi matin, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, un homme s'est jeté, armé d'une feuille de boucher sur deux collaborateurs de la société de presse Première ligne alors qu'ils fumaient au pied de l'immeuble. "J'ai entendu des cris, des hurlements d'une femme, donc je suis sorti sur le balcon. J'ai vu cette personne qui était ensanglantée, qui avait une grande entaille sur la tête, et puis sur le visage, et qui se tenait la tête", détaille Claude Ibanez, un témoin direct du drame, dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article.

11h50, les pompiers viennent de prendre en charge la première victime. Ils cherchent un endroit accessible pour leur poste médical avancé. Là encore, des témoins racontent une scène d'horreur : "J'ai vu un homme de trente, quarante ans, avec une hache dans la main. Il se baladait derrière la victime qui pissait du sang", raconte ainsi un riverain. "Au pied du métro, j'ai vu une machette avec plein de sang, et des gens en train de crier. C'était un peu la panique. Et là, j'ai vu une victime allongée pleine de sang", avance encore un autre.

La collègue d'un réalisateur, Bernard Nicolas, a vu la même scène. Encore traumatisée, elle n'a pas pu parler. C'est donc lui qui raconte : "Elle a cru que l'agresseur allait couper la tête, tellement c'était violent, et effectivement, les blessures apparentes étaient extrêmement impressionnantes", dit-il.

Lire aussi

Inconnu des services de renseignement

L'assaillant s'enfuit alors. Il sera interpellé vers 12h30 par la brigade des réseaux ferrés sur le quai du métro Bastille. Il s'agit d'un Pakistanais qui dit être né en 2002 et s'appeler Ali H.. Inconnu des services de renseignements, l'homme a déjà eu affaire à la police pour port d'arme prohibé.

Peu après 14h, un second suspect est arrêté dans une station de métro toute proche. Il a été vu en train de parler avec le principal suspect, mais on ne connait pas son degré d'implication. Quant aux deux victimes, elles sont encore hospitalisées ce vendredi soir. Mais leur pronostic vital n'est pas engagé.

Toute l'info sur

Attaque à l'arme blanche près de l'ex-siège de Charlie Hebdo à Paris

Jeudi soir, Pierre Olivier, le gérant du bar Le Poulailler, les recevait pour fêter l'anniversaire de Lucie. "Des gens adorables. Elle, elle est gentille tout plein. En plus, hier c'était son anniversaire, elle a eu ses cadeaux, elle était émue. On a bu un petit verre ensemble. Pierre, je le vois souvent, il vient prendre son café à dix heures du matin. Ca fait vraiment de la peine", soupire-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement, écoles ouvertes... les pistes envisagées par Emmanuel Macron à la veille d'un nouveau tour de vis

Pourquoi les écoles pourraient rester ouvertes en cas de reconfinement ?

EN DIRECT - Covid-19 : un nouveau Conseil de défense pour trancher sur les contours du reconfinement

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent